Le moment est venu de réfléchir à vos placements. Alors que la saison des déclarations des revenus et la date limite des cotisations annuelles à un REER approchent à grands pas, le temps semble approprié pour discuter des tenants et des aboutissants de cet outil d’épargne et de placement.

Nous nous sommes entretenus avec Daniel Grosberg, conseiller principal en services bancaires, pour l’interroger sur certains des thèmes principaux entourant cet instrument de placement.

Voici ce qu’il avait à nous dire.

Qu’est-ce qu’un REER?

Un REER est un compte d’épargne à long terme efficace, surtout en vue de la retraite, mais il offre aussi des avantages à court terme, notamment en vertu du régime d'accession à la propriété, grâce auquel les acheteurs d’une première maison peuvent retirer jusqu’à 25 000 $ de leur REER pour financer l’achat de leur propriété.

Les fonds dans un REER sont-ils imposables?

Tous les placements dans un compte REER, comme un CPG ou un fonds commun de placement, sont à l’abri de l’impôt. Toutefois, vous devrez payer de l’impôt au moment de retirer des fonds de votre compte, ceux-ci étant considérés comme des revenus imposables.

Quelles erreurs commet-on le plus souvent avec un REER?

Certains particuliers font l’erreur de se servir d’un REER comme un instrument d’épargne à court terme. Si vous avez à rembourser le coût de vos dernières vacances ou le solde élevé d’une carte de crédit, vous ne devriez retirer des fonds de votre REER qu’en dernier recours. Dans de telles situations, nous vous recommandons plutôt de puiser dans votre fonds d’épargne d’urgence ou dans votre CELI.

Tant que j’effectue mes cotisations, je n’ai pas à me soucier de mon REER, n’est-ce pas?

Plusieurs personnes croient par erreur qu’un REER est la solution magique à tous leurs besoins en épargne. Ils estiment qu’un REER est un compte d’épargne qui leur permettra de tirer des bénéfices et qu’ils n’ont pas à s’en soucier ni à le gérer. Malheureusement pour eux, ça ne fonctionne pas ainsi et ils pourraient passer à côté des avantages fiscaux offerts par leur REER.

Si vous voulez investir à long terme et que votre tolérance au risque le permet, nous vous recommandons d’opter pour des fonds communs de placement et de diversifier vos placements sur le long terme. Pour répondre à vos objectifs à court terme, vous devriez plutôt miser sur un CPG.

Quel est le montant maximum de mes cotisations annuelles à un REER?

Prenez un moment pour déterminer le montant de vos droits à cotisations actuelles afin d’éviter d’être pénalisé pour tout excédent de cotisations. Le plafond de vos cotisations est fixé en fonction de votre revenu, soit la valeur moindre entre 18 % de votre revenu et un montant avoisinant 26 000 $. Le plafond des cotisations augmente chaque année.

Note de l’éditeur : Vous pouvez cotiser chaque année un montant correspondant à 18 % de votre revenu de l’année précédente, jusqu’à un maximum de 27 230 $ en 2020, plus les droits de cotisation inutilisés des années précédentes.

Comment puis-je effectuer des placements dans un REER ou un CELI?

Dans un CELI et dans un REER, divers instruments de placement, qu’il s’agisse de comptes d’épargne, de CPG ou de fonds communs de placement, sont réunis sous un même toit. Vous déterminez la composition de vos placements en fonction de vos objectifs d’épargne, de votre horizon de placement et de votre tolérance au risque.

Dans le but d’acheter une maison, vaut-il mieux épargner dans un REER ou dans un CELI?

Ça dépend. Si vous cherchez à acheter votre première propriété, je vous conseille de recourir aux deux instruments. Le régime d’accession à la propriété vous permet de retirer jusqu’à 25 000 $ d’un REER pour effectuer une mise de fonds à l’achat d’une première propriété. Ensuite, vous avez 15 ans pour rembourser la somme dans sa totalité à partir de la date du retrait.

Visionnez notre vidéo Des conseils pleins les poches en cliquant ici.

Êtes-vous prêt à dynamiser vos placements? Consultez les astuces, outils et ressources de notre Centre de placements.

 

 

Avertissement : Le présent document est publié à titre informatif seulement. Il ne doit pas être réputé offrir des conseils en placement, une garantie pour l’avenir ou des recommandations d’achat ou de vente. Les renseignements présentés, notamment ceux ayant trait aux taux d’intérêt, à la conjoncture des marchés, aux règles fiscales et à d’autres facteurs liés aux placements, peuvent changer sans préavis, et La Banque de Nouvelle-Écosse n’est pas tenue de les mettre à jour. Même si les renseignements de tiers contenus dans le présent document proviennent de sources jugées fiables à la date de publication, La Banque de la Nouvelle-Écosse ne garantit pas leur fiabilité ni leur exactitude. Les lecteurs sont invités à consulter leur propre conseiller professionnel pour obtenir des conseils de placement ou des conseils fiscaux adaptés à leurs besoins. Ainsi, il sera tenu compte de leur situation, et les décisions seront fondées sur l’information la plus récente.