Bien que certains acheteurs d’une première maison croient que la première étape de leur démarche consiste à trouver la propriété idéale, il est préférable de bien se préparer avant de partir à la recherche d’une maison.

Voici quelques conseils pour saisir l’occasion lorsque vous aurez trouvé la perle rare.

Conseil no 1 : Épargnez pour la mise de fonds

La première étape du processus d’achat d’une maison consiste à épargner au maximum. N’oubliez pas que plus votre mise de fonds sera élevée, moins vous devrez emprunter. Sans compter que si vous pouvez atteindre 20 % du prix de la transaction, vous n’aurez pas à payer de primes d’assurance hypothécaire*.  

Le gouvernement du Canada exige que tout acheteur dont la mise de fonds est inférieure à 20 % du prix de la propriété qu’il souhaite acheter souscrive une assurance hypothécaire auprès d’un tiers. Cette assurance protège les prêteurs dans le cas où un emprunteur manque à ses obligations au titre de son prêt hypothécaire.

En épargnant, vous serez mieux préparé à faire face aux dépenses imprévues qui accompagnent souvent l’achat d’une maison, des frais juridiques aux frais de déménagement, en passant par les dépenses liées à l’entretien.

Vous pouvez vous constituer une mise de fonds en établissant un budget et en fixant le montant que vous pouvez épargner chaque mois (essayez le Calculateur Trouver l’argent de la Banque Scotia). Vous verrez qu’avec 100 $ par mois, vous pouvez accumuler un montant intéressant au fil du temps.

Pensez aussi à vous inscrire à des services qui arrondissent le montant de vos achats et qui versent la différence ainsi arrondie dans un compte d’épargne.

Le programme d’épargne Déposez la monnaieMC de la Banque Scotia vous aide à mettre de l’argent de côté chaque fois que vous effectuez des achats avec votre carte de débit.

Vous pouvez aussi opter pour d’autres sources de financement pour votre mise de fonds, comme le Régime d’accession à la propriété, un programme créé par le gouvernement fédéral qui permet aux acheteurs d’une première maison de retirer de l’argent de leur régime enregistré d’épargne-retraite (REER) pour se effectuer leur mise de fonds.

Plus tôt cette année, le gouvernement fédéral a augmenté le montant maximum que les acheteurs d’une première maison peuvent retirer de leur REER, le faisant passer de 25 000 $ à 35 000 $. Cette limite n’avait pas été modifiée au cours des dix dernières années. Au titre du programme, les acheteurs conjoints d’une première maison peuvent désormais retirer 35 000 $ chacun, pour une mise de fonds totale de 70 000 $.

Conseil no 2 : Empruntez selon vos moyens

Les prêteurs calculent habituellement votre capacité d’emprunt selon des ratios bien établis d’endettement relatif au revenu, soit vos dépenses mensuelles reliées à l’habitation, votre revenu familial brut et toutes vos autres obligations financières, y compris les prêts, comptes de cartes de crédit, contrats de location, etc.

Vous aurez une bonne idée du prêt hypothécaire que vous pourrez obtenir si vous essayez un calculateur hypothécaire en ligne, tel que l’outil Combien pouvez-vous emprunter? de la Banque Scotia.

Conseil no 3 : Soyez prêt à faire une offre

Dès que vous avez mis en place votre plan d’épargne et déterminé ce que vous pouvez vous permettre, l’étape suivante consiste à faire une demande de prêt hypothécaire préapprouvé. Cette étape est très importante. En effet, si vous trouvez la maison de vos rêves, vous devrez peut-être agir rapidement, surtout dans un marché immobilier concurrentiel. Avec un prêt hypothécaire préapprouvé, vous êtes considéré comme un acheteur sérieux auprès des vendeurs et vous pouvez faire une offre sur-le-champ.

La version originale de cet article a été publiée dans notre bulletin De bons conseils.

*Des conditions peuvent s’appliquer.

Avertissement : Le présent document est publié à titre informatif seulement. Il ne doit pas être réputé offrir des conseils en placement, une garantie pour l’avenir ou des recommandations d’achat ou de vente. Les renseignements présentés, notamment ceux ayant trait aux taux d’intérêt, à la conjoncture des marchés, aux règles fiscales et à d’autres facteurs liés aux placements, peuvent changer sans préavis, et La Banque de Nouvelle-Écosse n’est pas tenue de les mettre à jour. Même si les renseignements de tiers contenus dans le présent document proviennent de sources jugées fiables à la date de publication, La Banque de la Nouvelle-Écosse ne garantit pas leur fiabilité ni leur exactitude. Les lecteurs sont invités à consulter leur propre conseiller professionnel pour obtenir des conseils de placement ou des conseils fiscaux adaptés à leurs besoins. Ainsi, il sera tenu compte de leur situation, et les décisions seront fondées sur l’information la plus récente.