Bien que la fraude et les arnaques par téléphone et par courriel soient encore bien présentes, beaucoup de fraudeurs utilisent d’autres moyens pour flouer leurs victimes, qu’il s’agisse de particuliers ou d’entreprises. À l’heure actuelle, les deux arnaques les plus courantes au Canada visent les faux emplois et les faux chèques.

Les personnes à la recherche d’un emploi ou qui tentent de vendre des biens sont souvent la cible d’arnaques proposant de faux emplois et de la fraude par chèque. Cependant, il est facile d’éviter les deux. Voici quelques trucs.

Se protéger contre les arnaques proposant de faux emplois

Si l’Internet facilite plus que jamais la recherche d’emploi, il faut toutefois se méfier des offres qui sont trop belles pour être vraies. Les fraudeurs qui se cachent derrière ces arnaques trouvent le moyen de donner une apparence professionnelle et légitime aux entrevues avec les candidats. Ensuite, lorsque le candidat accepte l’emploi, le fraudeur lui demande de fournir des renseignements personnels, y compris son numéro d’assurance sociale (NAS), son numéro de permis de conduire ou de passeport et ses renseignements bancaires.

Dans le cadre du processus d’embauche normal, un employeur légitime pourrait vous demander ce type de renseignements, cependant vous n’aurez pas à les fournir pendant l’entrevue ni au moment de l’offre d’emploi. La plupart des entreprises ont un responsable des ressources humaines, qui est chargé d’obtenir vos renseignements personnels, au besoin. Si la personne que vous rencontrez pour l’entrevue joue tous les rôles, cela devrait vous mettre la puce à l’oreille.

Un « employeur » potentiel qui vous demande de payer à l’avance est un autre signal que quelque chose cloche. Vous ne devez jamais payer pour obtenir un emploi, même s’il est question de matériel à acheter ou si l’on vous promet de vous rembourser.

Sept signaux d’alerte d’un faux emploi

  • Un « employeur » communique avec vous, même si vous n’avez pas fait de demande d’emploi.
  • Un « employeur » utilise un compte de courriel général plutôt que celui d’une entreprise, par exemple : Ryanpeters@gmail.com plutôt que Ryanpeters@entrepriselegitime.com.
  • L’offre d’emploi n’est pas publiée sur le site Web de l’entreprise. Les entreprises en bonne et due forme, qui utilisent des plateformes pour publier les offres d’emploi, afficheront également le poste offert sur leur site Web.
  • Vous êtes embauché sans entrevue.
  • Le salaire semble trop beau pour être vrai.
  • On vous demande d’envoyer de l’argent ou de payer pour du matériel à l’avance.
  • L’« employeur » refuse de vous rencontrer en personne ou par téléconférence. Peu importe la situation, une entreprise devrait avoir un processus d’embauche sécuritaire pour l’accueil des employés, en personne ou par téléconférence.

En cas de doute, refusez l’emploi et poursuivez vos recherches sur les sites Web d’entreprises connues et en lesquelles vous pouvez avoir confiance.

 

Découvrez comment reconnaître les arnaques les plus courantes

Éviter la fraude par chèque

Vendre les articles dont on ne se sert plus est un bon moyen de faire un peu d’argent supplémentaire. Toutefois, derrière les acheteurs potentiels se cachent parfois des fraudeurs qui cherchent à vous soutirer des fonds. Ne vous laissez pas décourager par les risques de fraude, mais soyez suffisamment renseigné pour être en mesure de faire la différence entre un acheteur potentiel et un fraudeur.

Que vous utilisiez un site Web ou une annonce en ligne, les fraudeurs :

  1. offrent souvent de payer plus que le prix demandé;
  2. vous demanderont d’envoyer l’article à une adresse différente.

Les fraudeurs ont souvent recours au paiement excédentaire pour arnaquer leurs victimes. Ils vous envoient un chèque ou un mandat poste dont le montant est supérieur au prix que vous demandez. Ils prétendent que le montant supplémentaire devra servir à payer les frais d’expédition ou disent tout simplement s’être trompés de montant.

Ils vous demandent ensuite de déposer leur chèque ou mandat frauduleux dans votre compte et de leur retourner le montant excédentaire par virement. Le chèque ou le mandat est ensuite traité par votre banque et vous découvrez alors qu’il est frauduleux. Pendant ce temps, vous avez expédié votre article et perdu au change.

Éviter la fraude par chèque ou par paiement excédentaire

  • Ne concluez pas de vente avec des acheteurs qui offrent de payer plus cher que le prix que vous avez demandé.
  • Utilisez des plateformes en ligne qui vous permettent de vendre vos articles de façon sécuritaire. Vous pourriez devoir payer un petit pourcentage pour le service, mais vous serez protégé contre les fraudeurs.
  • Plutôt qu’un paiement par chèque ou par mandat poste, demandez un dépôt directement dans votre compte, au moyen d’un virement électronique. Assurez-vous toujours de recevoir les fonds avant d’expédier votre article.

Se protéger contre la fraude

Les fraudeurs sont toujours à la recherche de nouveaux moyens d’arnaquer leurs victimes. Par chance, nous travaillons tout aussi fort pour vous protéger. Si vous repérez des opérations douteuses dans votre compte, signalez-les immédiatement. Ne cliquez pas sur des liens dans les courriels et les textos d’expéditeurs inconnus. Les banques et les institutions financières de confiance ne demandent jamais à leurs clients de fournir leur numéro de compte, NAS ou autres renseignements personnels par courriel. 

 

Consultez notre Centre de sécurité pour en savoir plus sur la fraude financière