La date limite pour produire une déclaration de revenus approche à grands pas. Voici quelques astuces qui vous aideront à réduire votre charge fiscale.

Astuce no 1: Épargnez de façon judicieuse sur le plan fiscal grâce au REER et au CELI

Bien que le REER et le CELI présentent tous deux des avantages et des restrictions, il est possible de tirer parti de chacun.

Voici les principales différences entre ces instruments d’épargne.

Quel compte vous convient le mieux?

Le REER et le CELI ont leurs avantages respectifs. Un conseiller financer peut vous aider à prendre une décision éclairée, tenant compte de votre situation personnelle et de vos objectifs de placement.

Le tableau ci-dessus souligne certaines caractéristiques des CELI et des REER. Il est présenté à des fins d’information seulement et non pour donner des conseils en matière de placement ou de fiscalité. Les investisseurs qui désirent obtenir des conseils en matière de placement et de fiscalité devraient consulter un conseiller professionnel. Votre limite de cotisation à un REER est inscrite sur votre plus récent avis de cotisation de l’Agence du revenu du Canada (ARC).
2. Le plafond de cotisation annuel à un CELI était de 5 000 $ de 2009 à 2012, de 5 500 $ en 2013 et 2014, de 10 000 $ en 2015, de 5 500 $ de 2016 à 2018 et de 6 000 $ en 2019. Si vous n’avez jamais cotisé à un CELI, en 2019 votre plafond s’élève à 63 500 $. Communiquez avec l’ARC pour confirmer le montant de vos droits de cotisation au CELI.

Consultez nos guides portant sur le REER et le CELI pour en savoir plus.

Astuce no 2: Demandez tous les crédits d’impôt auxquels vous avez droit.

De nombreux crédits d’impôt sont offerts, notamment pour certains frais médicaux, les frais liés aux soins des enfants, les activités pour les jeunes et les aînés, et pour l’achat d’une première habitation. Certains crédits d’impôt non remboursables inutilisés peuvent être transférés à l’époux ou au conjoint de fait dont le revenu est le plus élevé.

Quelle est la différence entre les crédits d’impôt remboursables et non remboursables?

Les crédits d’impôt non remboursables sont conçus pour vous aider à réduire l’impôt fédéral que vous devez payer, mais n’entraînent pas de remboursement d’impôt.

En revanche, le montant des crédits d’impôt remboursables vous sera retourné, même si vous n’avez pas de solde d’impôt à payer.

Astuce no 3: Renseignez-vous au sujet des crédits d’impôt pour aidants naturels

Si vous êtes responsable des soins d’une personne à charge ayant un handicap physique, une déficience intellectuelle ou une invalidité, vous pourriez avoir droit à des crédits d’impôt, dont le montant pour aidants familiaux, le montant pour aidants naturels ou le montant pour personne à charge ayant une déficience. De plus, les frais liés aux services d’auxiliaires ou à l’hébergement dans un CHSLD peuvent faire l’objet d’une déduction et, dans certains cas, être combinés au crédit d’impôt pour personnes handicapées.

Les règles entourant ces crédits d’impôt peuvent être complexes; il convient d’en discuter avec votre conseiller fiscal afin de déterminer ceux qui s’appliquent à votre situation.

Astuce no 4: Cotisez au REER de votre conjoint

Le REER de conjoint est un autre moyen efficace de fractionner votre revenu à la retraite. L’objectif à long terme du REER de conjoint est de réduire l’impôt d’un couple à la retraite en transférant une partie du revenu de retraite au conjoint ayant le plus faible revenu.

En égalisant le revenu de retraite des conjoints, l’impôt à payer est moindre, car les deux se trouvent dans une fourchette d’imposition inférieure. Adressez-vous à votre conseiller pour obtenir de plus amples renseignements.

Ces conseils sont de nature générale et ne sont pas exhaustifs. La situation de chacun est unique et vous devriez consulter un spécialiste de la fiscalité pour obtenir des conseils propres à votre situation financière.

 

Avertissement : Le présent document est publié à titre informatif seulement. Il ne doit pas être réputé offrir des conseils en placement, une garantie pour l’avenir ou des recommandations d’achat ou de vente. Les renseignements présentés, notamment ceux ayant trait aux taux d’intérêt, à la conjoncture des marchés, aux règles fiscales et à d’autres facteurs liés aux placements, peuvent changer sans préavis, et La Banque de Nouvelle-Écosse n’est pas tenue de les mettre à jour. Même si les renseignements de tiers contenus dans le présent document proviennent de sources jugées fiables à la date de publication, La Banque de la Nouvelle-Écosse ne garantit pas leur fiabilité ni leur exactitude. Les lecteurs sont invités à consulter leur propre conseiller professionnel pour obtenir des conseils financiers, des conseils de placement ou des conseils fiscaux adaptés à leurs besoins. Ainsi, il sera tenu compte de leur situation, et les décisions seront fondées sur l’information la plus récente.