Vous n’arrivez pas à faire un choix entre un REER ou un CELI? Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul : plusieurs Canadiens peinent à faire le même choix.

Essentiellement, un compte d’épargne libre d’impôt (CELI) et un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) vous permettent de placer les revenus tirés de vos placements à l’abri de l’impôt. Chacun a ses avantages et ses inconvénients et le choix d’ouvrir un CELI ou un REER (ou les deux) dépend de vos besoins et de votre situation.

Voici un survol du fonctionnement et des particularités des CELI et des REER pour vous aider à sélectionner l’instrument s’alignant le mieux sur vos objectifs.

1. Qu’est-ce qu’un REER?

Un compte REER vous aide à épargner en vue de la retraite. Les cotisations au REER donnent lieu à des économies d’impôt sur le revenu pour l’année fiscale au cours de laquelle les cotisations ont été versées. L’un des avantages principaux d’un REER réside dans le fait qu’il vous permet de reporter l’impôt à payer sur le montant de vos cotisations et de tout revenu généré jusqu’au jour où vous décidez de retirer les fonds lorsque vous êtes à la retraite. À cette période de votre vie, vous serez probablement dans une tranche d’imposition inférieure à votre tranche actuelle et paierez donc moins d’impôt sur votre revenu.

2. Qu’est-ce qu’un CELI?

Le CELI est un instrument de placement relativement récent qui a été créé en 2009. Il permet entre autres d’épargner en vue de la retraite et, contrairement à un REER, de retirer les fonds en tout temps et sans pénalité. L’avantage premier d’un CELI réside dans le fait qu’il vous permet d’accumuler un revenu à l’abri de l’impôt. Puisque vous avez déjà payé de l’impôt sur les fonds que vous versez dans un CELI, vous ne payez aucun impôt sur le revenu généré par un CELI, même au moment d’effectuer un retrait.

3. Quels genres de placements puis-je détenir dans un REER ou un CELI?

Habituellement, ces deux instruments permettent de détenir le même genre de placement. Vous pouvez en effet choisir parmi différents types de placement : certificats de placement garanti (CPG), fonds commun de placement, actions, obligations, fonds négociés en bourse (FNB) et argent comptant.

4. Y a-t-il une limite d’âge pour ouvrir un REER ou un CELI?

Pour ouvrir un CELI et y cotiser, vous devez avoir 18 ans ou avoir atteint l’âge de la majorité dans votre province, et avoir le statut de résident du Canada. Par contre, vous pouvez ouvrir un REER et y cotiser dès que vous commencez à gagner un revenu.

Enfin, pour cotiser à un REER ou à un CELI, vous devez avoir un numéro d’assurance sociale.

5. À quel moment puis-je retirer des fonds d’un REER?

Vous pouvez retirer des fonds d’un REER à tout moment, mais votre retrait fera l’objet de retenues et de pénalités fiscales.

6.  Puis-je retirer des fonds d’un REER sans payer d’impôt?

Les retraits d’un REER sont habituellement imposés comme un revenu, mais il existe deux cas d’exception :

  • Régime d’accession à la propriété (RAP) : Le RAP vous permet d’emprunter jusqu’à 35 000 $ de votre compte de REER sans payer d’impôt pour financer l’achat de votre première maison. Vous pouvez ensuite rembourser ce montant dans un délai de 15 ans sans pénalité.
  • Régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP) : Ce programme vous permet de retirer jusqu’à 10 000 $ de votre REER par année civile pour que vous ou votre conjoint (et non vos enfants) puissiez suivre une formation ou poursuivre des études postsecondaires à temps plein. Vous avez ensuite 10 ans pour rembourser ce montant sans pénalité.

7. À quel moment puis-je retirer des fonds d’un CELI?

En fonction du type de vos placements, vous pouvez retirer des fonds d’un CELI quand bon vous semble, et ce, à l’abri de l’impôt. Sachez que les retraits effectués sur votre CELI n’entraînent pas une perte de vos droits de cotisation. Les retraits effectués s’ajouteront à vos droits de cotisation à un CELI pour l’année suivante, durant laquelle vous pourrez cotiser un montant identique à celui des retraits effectués.

8. Y’a-t-il une limite d’âge pour cotiser à un REER ou un CELI?

Vous pouvez cotiser à votre REER et à celui de votre conjoint jusqu’à ce que vous atteigniez tous deux l’âge de 71 ans.

Dans le cas d’un CELI, vous devez avoir au moins 18 ans pour commencer à y cotiser, mais vous pouvez y verser des cotisations aussi longtemps que vous le souhaitez.

9.  Que se passera-t-il si le montant des cotisations à mon REER ou à mon CELI excède mes droits de cotisation?

Les cotisations excédentaires à un CELI sont frappées d’une pénalité d’impôt de 1 % par mois.

Dans le cas d’un REER, vous ne paierez une pénalité d’impôt de 1 % par mois sur vos cotisations excédentaires que si celles-ci dépassent de plus de 2 000 $ votre droit de cotisation.

Votre revenu et vos objectifs financiers peuvent grandement influer sur vos décisions en matière de placement. Par exemple, les gens dont le revenu se situe dans une tranche d’imposition inférieure profiteraient moins des économies d’impôt tirées d’un REER et auraient tout avantage à cotiser pour le moment dans un CELI. Toutefois, ils pourraient commencer à cotiser à un REER lorsque leur revenu augmentera.

Pour tirer le maximum de vos placements, que vous choisissiez un régime ou l’autre, ou que vous décidiez de cotiser aux deux, vous aurez à revoir votre stratégie et à modifier vos cotisations en fonction de la hausse de votre revenu ou d’événements importants dans votre vie. 

La planification de vos finances vous empêche de dormir? Nous pouvons vous aider. Prenez rendez-vous avec un conseiller Scotia