Chaque année de nouvelles expressions «à la mode» s’immiscent dans la langue de tous les jours. Que veulent-elles dire? Voici nos termes préférés de 2020 et leur définition.

Taux d’intérêt négatifs 

Les gouvernements ont tendance à réduire les taux d’intérêt lorsque l’économie est anémique. La théorie veut que lorsque les entreprises et les particuliers ont accès à des fonds à peu de frais, cela les incite à investir et à dépenser davantage. Les taux d’intérêt négatifs sont un outil de politique monétaire non conventionnel et contre-intuitif, lancé par la banque centrale suédoise en 2009. Avec des taux d’intérêt négatifs, les dépôts à la banque sont assujettis à des frais de stockage, plutôt que d’accumuler de l’intérêt, ce qui incite les gens à souscrire un prêt et à dépenser, au lieu d’épargner. 

Voici expressions financières en vogue en 2019

Les «formes» de la reprise

Dans la foulée du choc économique initial produit par les effets de la COVID-19, les investisseurs ont commencé à s’interroger pour savoir ce qu’il adviendra d’une ultime reprise économique. Il a été abondamment question de la «forme» de la reprise. Ce terme abrégé caractérise informellement le rythme de la reprise après une récession : il s’agit de la forme de la courbe dans le graphique du PIB. Voici quelques-unes de ces formes.

  • Récession en «V» une brève période de fléchissement économique, qui s’enchaîne avec une reprise rapide. Il s’agit d’une forme plutôt normale de récession, et la vigueur de la reprise dépend de la gravité de la récession.
  • Récession en «U» quand le creux est moins clairement défini et que l’économie reste léthargique pendant plusieurs trimestres avant que la croissance reprenne.
  • Récession en «W»  l’économie plonge, rebondit brièvement, puis replonge avant de finalement sortir de convalescence. C’est ce que l’on appelle une rechute.
  • Récession en «L» un scénario catastrophe où le PIB se fige dans une longue immobilité, parfois durant plusieurs années ou même indéfiniment. Ce type de récession cadre avec une longue période de malaise, ou dépression, économique. 

RBU

RBU signifie «revenu de base universel». Il s’agit d’un concept où tous les citoyens reçoivent une chèque mensuel du gouvernement, sans critères d’admissibilité et sans conditions. Ses partisans soutiennent qu’il contribue à réduire les coûts administratifs, stimule l’économie et réduit la pauvreté. Ses détracteurs disent qu’il coûte trop cher aux contribuables et encourage les gens à cesser de travailler. Lorsque la pandémie de COVID-19 a été déclarée et que tout s’est arrêté, les gouvernements du Canada et des É.-U ont émis des chèques aux personnes admissibles. Au Canada, cette mesure a pris la forme de la Prestation canadienne d’urgence (PCU)*.

Actif refuge

En période difficile, les investisseurs se tournent habituellement vers les «actifs refuges», soit ceux qu’ils considèrent imperturbables. Bien que leur rendement soit faible, ils espèrent protéger leur principal. En plaçant leur argent dans des investissements à faible risque, les investisseurs cherchent à se protéger de l’instabilité des marchés. Ces valeurs comprennent notamment les monnaies, l’or, les CPG, les obligations gouvernementales et les titres à grande capitalisation offrant des dividendes, particulièrement ceux du secteur bancaire, des services publics et des biens de consommation de base.