Savoir négocier des actions, c’est avoir un sacré atout dans sa manche. Après tout, nous connaissons tous quelqu’un qui prétend avoir fait fortune sur les marchés boursiers. Au 6 août 2021, l’indice S&P 500 (l’indice pondéré en fonction de la capitalisation boursière des 500 plus importantes sociétés cotées en Bourse aux États-Unis) avait généré un rendement sur un an de 32,47 % et un rendement annualisé sur cinq ans de 15,24 % .

Il est tentant de croire que les marchés boursiers représentent un moyen rapide et sûr de s’enrichir, mais ce n’est tout simplement pas le cas. Les actions offrent l’occasion de tirer des rendements de placement avantageux, mais elles s’accompagnent de risques. Une année, vous serez gagnant et l’autre, perdant. Comme le rendement de chaque action peut varier, vous devez bien connaître les marchés avant de vous lancer.

Si vous n’avez jamais touché aux marchés boursiers avant, la négociation d’actions pourrait vous faire peur. Voici comment apprivoiser la bête en sept étapes faciles :

1. Demandez-vous pourquoi vous voulez investir

Fixez-vous des objectifs. La première chose à faire pour apprendre à négocier des actions est de se donner une direction précise. Vous devez établir des objectifs clairs et savoir pourquoi vous voulez investir. Il peut s’agir de votre âge, de votre revenu ou de vos besoins financiers à court terme (épargner en vue d’un mariage, d’un bébé ou d’une maison) et à long terme (épargner en vue d’un départ à la retraite, du remboursement d’un prêt hypothécaire ou d’études postsecondaires).

Une fois que vous aurez déterminé la priorité et l’échéancier de vos objectifs, vous pourrez commencer à choisir vos placements et le moment qui convient le plus à vos objectifs et besoins.

2. Familiarisez-vous avec les bases

C’est comme pour tout dans la vie : avoir en main les outils et les connaissances de base devrait rendre votre expérience plus enrichissante. Voici quelques-uns des outils les plus prisés par les investisseurs et les spéculateurs.

  • Graphiques : Les graphiques peuvent aider les spéculateurs à décider du bon moment pour acheter ou vendre. En un coup d’œil, vous pourrez voir si le cours de l’action est en train de monter ou de descendre. Comprendre les variations simples des graphiques vous aidera à négocier des actions selon la conjoncture des marchés.
  • Études : Des sociétés de courtage et des sites Web proposent aux investisseurs un large éventail d’études menées par des tiers. L’information qu’il vous faut est là quelque part… il vous suffit de la trouver, avec un peu de temps et de patience.
  • Analyse technique : L’analyse technique porte sur les variations du marché et est un outil utilisé par les spéculateurs pour établir les futures tendances en fonction de celles passées et d’autres indicateurs. Elle peut aider les investisseurs à prendre des décisions plus éclairées.
  • Analyse des fondements : En étudiant les fondements (capacité de génération de revenus, états des flux de trésorerie, bilan) d’une entreprise, vous obtiendrez un meilleur portrait de la qualité des placements de celle-ci et de la valeur globale de ses actions.

Ces outils vous accompagneront dans votre parcours d’investissement, par exemple en vous aidant à voir les occasions possibles et à assumer les risques avec plus de confiance.

Ouvrez un compte Scotia iTRADE®

3. Déterminez le montant à investir

Combien pouvez-vous investir sans crainte? La réponse n’est pas simple. Vous pouvez toujours commencer par investir un petit montant. La solution dépend de deux facteurs : votre horizon de placement et votre tolérance au risque. Examinons ces notions plus en détail.

• Horizon de placement ou horizon temporel : Sur quelle période êtes-vous prêt à détenir vos placements pour atteindre votre objectif financier? Durant des mois, des années ou des décennies? Les jeunes investisseurs qui ont un horizon de placement à long terme sont souvent plus à l’aise avec le risque, car ils peuvent attendre la fin des périodes de volatilité du marché boursier. Ils ont tendance à acheter des actions axées sur la croissance du capital qui devraient générer un meilleur rendement à long terme. À l’inverse, les investisseurs âgés (surtout ceux à la retraite) ont un horizon de placement à court terme : ils ont avantage à opter pour des placements moins risqués. En effet, ils ont moins de temps pour récupérer le terrain perdu.

• Tolérance au risque : Votre capacité à accepter des placements plus risqués pour obtenir un rendement potentiellement plus élevé définit votre « tolérance au risque ». Un investisseur tolérant au risque vivra bien avec la possibilité de perdre de l’argent sur un placement pour accroître le potentiel de rendement de son portefeuille.

4. Commencez par un compte fictif

 

Pour améliorer vos connaissances et prendre confiance en tant qu’investisseur avant d’investir réellement, pratiquez-vous à l’aide d’un compte fictif. Le compte fictif Scotia iTRADE  met à votre disposition un portefeuille fictif d’une valeur de 100 000 $ CA et de 100 000 $ US.

Il vous permet de négocier des actions, de tester vos stratégies et de découvrir nos outils de placement (comme nos études, nos sélecteurs et nos graphiques), sans risque.

5. Ouvrez un compte de courtage

Avec un peu de pratique, vous pourrez bientôt demander d’ouvrir un compte de courtage. Comment choisir le compte de courtage qui convient le mieux à vos besoins?

Votre expérience et vos objectifs de placement sont les principaux éléments à considérer en déterminant le compte de courtage qui répond le mieux à vos besoins. Voici les principaux types de comptes de courtage proposés aux investisseurs canadiens :

  • Compte de courtage en ligne (ex. : Scotia iTRADE)
  • Compte de courtage à gestion active/services complets, géré par un conseiller en placement qualifié
  • Compte de courtage géré par robots-conseillers : Les fournisseurs de ces comptes se servent d’algorithmes, et non de supervision humaine, pour planifier et prendre des décisions en matière de placement

Une fois que vous aurez trouvé le produit qui vous convient, vous devrez fournir certains renseignements personnels pour ouvrir votre compte, comme vos objectifs, votre expérience en tant qu’investisseur et votre tolérance au risque. Ces renseignements aideront le courtier à mieux comprendre vos besoins et vos attentes.

6. Déposez des fonds dans le compte

Lorsque vous aurez été approuvé, commencez par déposer des fonds dans votre nouveau compte de courtage pour investir dans des actions ou d’autres titres, comme des FNB. Le dépôt peut se faire sous plusieurs formes : télévirement, chèque, dépôt préautorisé, Virement Interac, paiement bancaire en ligne, etc.

7. Lancez-vous à l’eau et… achetez des actions

Vous trouverez de bons résumés et profils financiers d’entreprises sur votre plateforme de courtage. Vous pouvez aussi y consulter des études de Scotia iTRADE et des avis d’experts ainsi que l’actualité sur une entreprise particulière et les cotes de risque.

Trucs de pro pour l’apprenti investisseur

  • Ne négociez pas sur le coup de l’émotion. Ne laissez pas vos émotions, comme la panique, l’impatience, la crainte ou un excès de confiance, prendre le dessus sur vos décisions.
  • Protégez vos bénéfices en réduisant vos pertes rapidement.
  • Gardez une trace de vos transactions et de vos revenus. Vous pourrez ainsi déterminer ce qui fonctionne bien ou moins bien et régler tout problème potentiel. C’est de cette façon que vous tirerez des leçons de vos erreurs.
  • Apprenez à accepter la défaite. Vous commettrez inévitablement quelques erreurs, comme tout le monde. Personne n’a une feuille de route parfaite. Vous devrez cependant apprendre à essuyer des pertes sans nuire à la santé de votre compte.
  • Sachez garder votre sang-froid. Au fil du temps, vous acquérez une meilleure compréhension des marchés. Apprenez à rester calme et à ne pas vous laisser influencer par des fluctuations soudaines ou les manchettes.

Découvrez plus d’outils et de ressources de formation Scotia iTRADE U