Louer ou acheter? Quand on cherche un nouveau véhicule, on se pose inévitablement la question. Et elle est étonnamment polémique, car il y a des partisans purs et durs des deux côtés.

Les pro-location adorent changer de véhicule à intervalles de quelques années pour profiter des dernières avancées technologiques, et les pro-achat préfèrent payer des mensualités élevées au début pour n’avoir rien à payer plus tard.

À la location, vous ne payez que la portion du véhicule que vous utilisez. Vous payez au concessionnaire le droit d’utiliser le véhicule pour une période déterminée, habituellement de deux à quatre ans. Les versements couvrent le capital, les intérêts et les taxes. Les versements d’une location sont habituellement inférieurs à ceux d’un achat, car vous ne payez que l’amortissement du véhicule sur la période d’utilisation.

Du côté de l’achat, le prêt couvre la valeur totale du véhicule plus les taxes et moins votre mise de fonds. Les mensualités sont plus élevées que pour la location, mais n’oubliez pas qu’une fois la dette payée, le véhicule vous appartient. À vous de garder, de vendre ou de transmettre ce bien.

La Banque Scotia est fière d’offrir aux consommateurs canadiens des prêts automobiles, notamment dans le cadre d’ententes exclusives de financement avec Mazda, Jaguar Land Rover, Volvo et Polestar.

Alors, louer ou acheter? Votre mode de vie, vos liquidités et vos préférences dicteront la réponse.

Les avantages de la location

Parlons d’abord du facteur émotionnel de la location. L’un de ses grands avantages est que vous pouvez conduire un véhicule neuf pour bien moins que n’en coûterait l’achat du même véhicule sur la même période. Personne d’autre que vous ne peut déterminer si ce facteur a de l’importance, mais si l’automobile, les plus récentes technologies et les performances de pointe vous font vibrer, c’est probablement le cas. Et donc, vous n’avez peut-être pas besoin d’être propriétaire d’un véhicule.

Un deuxième avantage de la location est qu’il s’agit, à court terme, d’une solution moins coûteuse que l’achat. Si vous avez un budget serré ou des liquidités difficiles à prévoir, vous préférerez sans doute les petites mensualités. Pour obtenir des versements qui rivalisent avec ceux de la location, un acheteur doit souvent opter pour un prêt de durée maximale – parfois jusqu’à huit ans –, ce qui n’est pas forcément judicieux, car à moins d’une grosse mise de fonds, le total des intérêts sera élevé.

Le troisième avantage est la flexibilité. Si vous déménagez souvent ou aimeriez essayer un modèle avant de vous décider, pourquoi pas une location de trois ans?

De plus, les pro-location sont très heureux de pouvoir remettre le véhicule au concessionnaire à la fin du bail sans aucun casse-tête. La location est aussi une bonne option pour quiconque ne veut pas avoir à entretenir un véhicule à long terme ou préfère se passer de négocier une valeur d’échange.

Enfin, la plupart des locations sur le marché consistent en ce qu’on appelle un « crédit-bail simple » : la valeur du véhicule à la fin de la location, appelée valeur résiduelle, est garantie. Par conséquent, si vous n’avez aucun défaut de paiement et que vous redonnez le véhicule en bonne condition, sans dépasser le kilométrage maximal convenu, vous n’avez plus qu’à remettre les clés et le tour est joué.

Il existe aussi d’autres formes de location. Tout comme Uber et Amazon, qui innovent dans les secteurs du covoiturage et des achats en ligne, les constructeurs automobiles rivalisent d’ingéniosité pour inciter les conducteurs à choisir leurs véhicules.

Certains constructeurs offrent maintenant de nouvelles solutions à qui souhaite obtenir un véhicule à prix abordable sans s’engager à long terme. Par exemple, le programme Hyundai for HireMC propose des véhicules à louer pour trois semaines ou moins. À vous de choisir le modèle, puis de réserver et de payer en ligne. Si le véhicule vous plaît ou que vous en avez besoin pour plus longtemps, vous pouvez relouer le même modèle ou l’acheter dans des conditions avantageuses.

Volvo a aussi une offre flexible : Care by Volvo. Il s’agit d’une location de deux ans avec possibilité de changer pour un modèle supérieur après la première année.

Ces formules qui font progressivement leur apparition sur le marché visent à vous donner encore plus de choix avant que vous preniez une décision à long terme.

Les inconvénients de la location

Bien sûr, la location a ses inconvénients, comme les mensualités qui ne disparaissent jamais. Dans le cas d’un achat, ces mensualités cesseront un jour. La somme que représentent les versements d’une location est peut-être petite à court terme, mais à long terme, une location coûte presque toujours plus cher qu’un achat : c’est que tant que vous continuez à changer de véhicule tous les deux ou quatre ans, les mensualités demeurent.

Deuxième inconvénient : le véhicule doit être retourné dans le même état qu’avant ou à peu près. La plupart des baux tolèrent une usure normale, mais peuvent vous obliger à réparer ou à remplacer certaines pièces dont l’usure serait excessive. Demandez à votre concessionnaire de définir clairement ce qu’est l’usure excessive; il vous donnera probablement une brochure qui explique la distinction entre usure normale et usure excessive.

Les coûts et les problèmes peuvent vite s’accumuler s’il y a beaucoup de réparations à faire. Au moment de la location, le concessionnaire peut vous vendre des produits qui couvriront certains dommages au véhicule en cours de location, mais n’hésitez pas à poser des questions pour bien comprendre les coûts et savoir ce qui est couvert ou non.

Selon votre mode de vie et l’utilisation que vous faites du véhicule, vous dépasserez peut-être la limite de kilométrage. En temps normal, une location prévoit 24 000 kilomètres par année, mais certains constructeurs offrent des locations à très faible ou à faible kilométrage, soit 15 000 à 20 000 kilomètres par année. Le conducteur qui utilise son véhicule principalement en ville n’aura sans doute aucun problème à respecter ces limites, mais celui qui aime rendre visite à de la famille ou à des amis éloignés aurait avantage à les éviter. Si vous prévoyez dépasser la limite de kilométrage, il est possible d’acheter des kilomètres additionnels au moment de la location; sinon, vous devrez payer pour chaque kilomètre au-delà de la limite convenue.

Les avantages de l’achat

Certains conducteurs aiment garder leur véhicule aussi longtemps que possible, ou jusqu’à ce que les réparations commencent à coûter trop cher. Si vous avez simplement besoin d’un véhicule fiable pour vous rendre au travail et aller reconduire les enfants, inutile d’en changer tous les deux ou trois ans. Le meilleur moyen de faire disparaître les versements est de prévoir une grosse mise de fonds, de trouver un prêt à faible taux d’intérêt et de choisir la plus petite période de financement que votre budget vous permet. Utilisez notre calculateur de prêt auto pour voir les différentes sommes à payer selon la durée des versements. Si vous n’avez pas une grosse mise de fonds ou que c’est votre premier achat, il existe peut-être des programmes pour vous.

Disons que vous achetez un véhicule de 25 000 $ avec une mise de fonds de 5 000 $ à un taux de 2,99 %. Sur un prêt de trois ans, vous payerez au total 1 090 $ en intérêt. Si vous optez pour la durée maximale, huit ans, vous payerez plutôt 2 920 $, soit une hausse de 168 %.

Par ailleurs, les nouveaux arrivants peuvent se servir d’un prêt pour se créer un antécédent de crédit. À la Banque Scotia, par exemple, nous offrons le programme Prêt-auto BonDébut, qui vous donne accès à un prêt même si vous n’avez pas d’antécédent de crédit au Canada.

Une fois le prêt remboursé, votre véhicule vous sera encore utile pendant des années, à condition que vous ayez choisi un modèle fiable. C’est donc des années sans versements et plus d’argent dans vos poches! Évidemment, un accident ou un bris peut arriver, mais leurs coûts seront presque toujours inférieurs aux mensualités.

En étant propriétaire, vous aurez le loisir d’ignorer les petites réparations, et vous n’aurez jamais de limite de kilométrage à respecter. Et pas besoin que le véhicule reste étincelant!

Les inconvénients de l’achat

Vous êtes responsable de ce qui vous appartient, et votre véhicule ne fait pas exception. Malheureusement, les véhicules sont rarement faits pour durer, et l’entretien peut coûter cher une fois la garantie expirée. Certaines réparations sont très coûteuses, à telle enseigne qu’une garantie prolongée peut être à envisager.

L’amortissement est un autre désavantage. Il varie selon le modèle et peut influencer votre capacité à échanger votre véhicule, puisque vous pourriez devoir rembourser une plus grande partie de votre prêt pour équilibrer le bilan (lorsque votre véhicule vaut plus que votre dette). Et si vous souhaitez échanger votre véhicule au bout de quelques années, vous risquez d’avoir une surprise désagréable en constatant toute la valeur perdue.

À vous de choisir

Au bout du compte, la location est un bon choix si vous cherchez à avoir de la flexibilité, à rouler dans le plus récent modèle, à payer des mensualités raisonnables ou à obtenir un véhicule neuf tous les trois ans. Mais l’achat est idéal si vous souhaitez garder le véhicule longtemps ou faites beaucoup de kilométrage – bref, si vous pensez à long terme, que vous avez les liquidités pour couvrir les versements et que vous comptez rembourser le prêt dès que possible. Discutez avec votre concessionnaire, et n’hésitez surtout pas à poser des questions pour choisir l’option qui vous convient le mieux.

Vous êtes à la recherche d’un prêt auto? Découvrez comment la Banque Scotia peut vous aider.