Nous aspirons tous à dépenser moins, épargner plus et planifier pour l’avenir. Cependant, nous avons tous parfois de la difficulté à mettre le plan à exécution. Pourquoi? Nous avons demandé à Dr Raj Sandhu, un économiste comportemental, de faire la lumière sur ce phénomène.

L’économie comportementale est l’étude psychologique de la prise de décision en vue d’atteindre des résultats économiques. Ou simplement, pourquoi gérons-nous notre argent comme nous le faisons? En comprenant certains de nos comportements, nous pouvons nous conditionner à prendre de meilleures décisions et obtenir de meilleurs résultats.

Nous avons discuté avec Raj Sandhu de nos comportements économiques les plus répandus et des moyens à prendre pour se défaire de certains de nos mauvais plis, aussi appelés biais comportementaux.  

Dans ce numéro, nous nous penchons sur l’aversion aux extrêmes (ou l’effet Boucle d’or) et Raj Sandhu nous décrit comment ce comportement nous touche tous.

Qu’est-ce que l’aversion aux extrêmes?

Il s’agit de notre tendance à faire de compromis et à éviter les choix extrêmes.

Pourriez-vous nous en donner un exemple?

Disons que vous décidiez de prendre un verre à un bar et que l’on vous propose une bière à 2,50 $ et une bière du même format à 1,80 $. Comme la plupart des gens, vous auriez tendance à opter pour la bière la plus chère. Imaginons maintenant qu’à votre prochaine visite au même bar, l’on vous propose une autre bière à 1,60 $. Dans ce cas, vous auriez tendance à choisir la bière à 1,80 $, soit l’option intermédiaire. Et si l’on vous offrait plutôt une bière plus dispendieuse, disons une bouteille à 3,40 $, vous auriez à nouveau tendance à choisir l’option du milieu.

Bref, cet exemple démontre que nous évaluons nos options de manière relative, plutôt que dans l’absolu. Les choses ne nous semblent bon marché ou coûteuses qu’en fonction des choix qui nous sont proposés. Tous facteurs considérés, rares sont ceux qui veulent le moins cher ou le plus onéreux (à l’exception des gens sous l’effet d’un leurre, un concept que nous aborderons dans un prochain numéro de notre série Conversation avec un économiste comportemental, qui illustre le fait que les gens peuvent être poussés à faire des choix extrêmes).

Comment cela me touche-t-il?

Nous avons tous nos préférences. Les choix qui s’offrent à nous et la façon dont ces choix nous sont présentés influencent considérablement nos décisions. Pensez au choix que nous faisons lorsque nous nous achetons un café. Nous avons tendance à choisir le format moyen, sans vraiment réfléchir à la quantité de café que nous voulons réellement boire.

Comment pouvons-nous maîtriser cette tendance?

Nous maîtrisons difficilement nos penchants parce que notre cerveau cherche toujours à simplifier notre processus décisionnel. Toutefois, avant d’aller magasiner, vous pouvez comparer les choix que l’on vous propose et tenter d’évaluer à quel point les options proposées répondent à vos besoins. Songez à ce qui vous convient vraiment avant d’arrêter votre choix sur l’option du milieu.

 

Avertissement : Le présent document est publié à titre informatif seulement. Il ne doit pas être réputé offrir des conseils en placement, une garantie pour l’avenir ou des recommandations d’achat ou de vente. Les renseignements présentés, notamment ceux ayant trait aux taux d’intérêt, à la conjoncture des marchés, aux règles fiscales et à d’autres facteurs liés aux placements, peuvent changer sans préavis, et La Banque de Nouvelle-Écosse n’est pas tenue de les mettre à jour. Même si les renseignements de tiers contenus dans le présent document proviennent de sources jugées fiables à la date de publication, La Banque de la Nouvelle-Écosse ne garantit pas leur fiabilité ni leur exactitude. Les lecteurs sont invités à consulter leur propre conseiller professionnel pour obtenir des conseils de placement ou des conseils fiscaux adaptés à leurs besoins. Ainsi, il sera tenu compte de leur situation, et les décisions seront fondées sur l’information la plus récente.