Brian Porter – 10 avril 2018

Allocution prononcée par Brian Porter, président et chef de la direction de la Banque Scotia, lors de la de la 186e assemblée annuelle des actionnaires à Toronto (Ontario).

Merci Tom et bonjour à tous.

Je suis ravi de vous accueillir au Scotiabank Centre à l’occasion de notre 186e assemblée annuelle.

Merci d’être avec nous, et merci également à tous ceux qui se joignent à nous par la webdiffusion.

Ce matin, je vous parlerai entre autres des engagements que la Banque a pris pour mieux outiller ses employés afin de les aider à réussir dans un monde qui évolue rapidement.

Avant de commencer, j’aimerais prendre quelques minutes pour souligner l’horrible tragédie survenue vendredi en Saskatchewan.

Les Broncos de Humboldt incarnent des valeurs comme la solidarité, l’esprit d’équipe, la persévérance et l’engagement... ils représentent ce que le hockey signifie réellement pour nous tous.

De façon plus générale, les équipes de hockey mineur et junior partout au pays sont le cœur et l’âme de leur communauté, des parties intégrantes de notre identité nationale.

Cette tragédie a profondément touché tous les Canadiens, comme nous pouvons le constater par la vague de tristesse, d’amour et de soutien qui se fait sentir à l’échelle du pays.

Au nom de tous les BanquiersScotia, je tiens à offrir mes plus sincères condoléances aux familles et aux communautés éprouvées.

Par l’intermédiaire de notre équipe en Saskatchewan – dont notre succursale de Humboldt – nous sommes déterminés à trouver le meilleur moyen de venir en aide aux communautés concernées au cours des semaines et des mois à venir.

Maintenant, j’aimerais faire le point sur les résultats de la Banque en 2017, et sur nos progrès en vue de devenir une banque encore meilleure et de créer de la valeur pour vous, nos actionnaires.

L’année 2017 a encore une fois été excellente pour la Banque Scotia. Nous avons déclaré un bénéfice de 8,2 milliards de dollars et obtenu de bons résultats dans nos trois secteurs d’activité.

Nous avons également majoré deux fois notre dividende trimestriel en 2017… pour une hausse totale de 6 % par rapport à l’exercice précédent.

L’an dernier, le Réseau canadien a déclaré des résultats financiers records, affichant un bénéfice en hausse de 9 %.

En même temps, les Opérations internationales ont aussi enregistré un bénéfice record, avec une hausse de 15 % en glissement annuel.

Je tiens à mentionner que le rendement des capitaux propres des Opérations internationales est passé de 11,7 % en 2014 à 14,7 % en 2017.

Cette amélioration considérable témoigne de nos progrès importants à l’égard de la consolidation de nos activités à l’étranger.

Depuis que je suis devenu président et chef de la direction il y a plus de quatre ans, la Banque a centré ses efforts sur la mise en œuvre d’un plan stratégique qui nous permet d’exploiter notre plein potentiel pour assurer notre réussite à long terme.

Conformément à notre stratégie, nos investissements sont orientés de façon

  • à offrir à nos clients une expérience bancaire de classe supérieure,
  • à dégager de solides résultats pour nos actionnaires,
  • et à renforcer nos capacités pour l’avenir.

Le conseil – et moi-même – croyons avoir atteint le juste équilibre entre ces dimensions d’importance égale.

C’est pourquoi la Banque est bien plus solide et plus concurrentielle maintenant.

Permettez-moi de prendre un moment pour vous parler de trois secteurs où nous avons réalisé des progrès particulièrement notables au cours de la dernière année.

Premièrement, et surtout, nous nous sommes appliqués à renforcer le cadre d’exploitation de la Banque.

Pour ce faire, nous avons, entre autres, investi beaucoup dans des domaines clés, comme la gestion du risque, la technologie, et l’innovation, et nous nous sommes aussi assurés que nos priorités étaient très claires.

Notre organisation est maintenant beaucoup plus cohérente en ce qui a trait à sa stratégie et à son cadre d'exploitation.

Cette vision claire de notre équipe de direction nous a permis d’améliorer notre efficacité globale et de progresser à un rythme accéléré.

Une telle cohésion est absolument essentielle pour toute organisation aussi grande et complexe que la nôtre.

Lors de notre Journée des investisseurs en février, nous avons communiqué nos excellents progrès, décrit le potentiel inexploité que nous pouvons saisir pour accélérer notre croissance, et démontré l’excellente cohésion qui existe au sein de notre équipe de direction.

Deuxièmement, la Banque a raffermi sa position financière déjà solide en améliorant ses niveaux de fonds propres et son profil de financement.

Ces améliorations nous donnent davantage d’options et de souplesse sur le plan financier.

Nous avons amélioré nos activités de base sous plusieurs aspects, ce qui a renforcé notre position financière et nous a permis d’affecter du capital en vue de tirer profit de plusieurs occasions de croissance intéressantes.

Cela nous a également permis de prendre de l’expansion dans des secteurs et des régions clés.

À titre d’exemple, nous avons annoncé récemment notre intention d’acquérir :

  • les activités de BBVA au Chili,
  • la firme Jarislowsky Fraser ici, au Canada,
  • et les activités liées aux services aux particuliers et aux petites entreprises de Citibank en Colombie.

Dans le cas de BBVA, il s’agit d’une acquisition qui améliorera grandement notre positionnement concurrentiel dans l’un de nos marchés les plus stratégiques.

Cette acquisition doublera notre part de marché actuelle et créera la troisième plus grande banque du secteur privé au pays.

La Banque Scotia est présente au Chili depuis près de 30 ans.

C’est un pays très bien coté, avec un environnement réglementaire transparent et d’excellentes perspectives de croissance économique.

Nous sommes très satisfaits de nos activités au Chili et cette acquisition nous rendra plus forts.

Jarislowsky Fraser est une firme emblématique qui gère les actifs d’institutions et de familles fortunées grâce à une équipe de spécialistes en placement de premier rang et une méthode d’analyse rigoureuse.

La firme détient 40 milliards de dollars d’actifs sous gestion et cette acquisition fera de la Banque Scotia le troisième plus important gestionnaire d’actifs productifs ici, au Canada.

Jarislowsky Fraser est non seulement un excellent complément à nos activités actuelles, mais aussi une source d’occasions nouvelles d’expansion au Canada et partout où nous sommes présents.

Et finalement, notre stratégie numérique progresse rondement depuis que nous nous sommes engagés l’an dernier à devenir un leader numérique du secteur des services financiers.

C’est important, car le numérique est le fil conducteur à l’échelle de la Banque. Il nous aide déjà à mieux répondre aux besoins des clients, des employés, et des actionnaires.

Notre capacité numérique sera essentielle dans la mesure où elle nous permettra d’acquérir davantage de clients dont nous sommes la banque principale et d’approfondir notre relation avec tous nos clients.

Pour souligner notre engagement à cet égard, lors de notre Journée des investisseurs, nous avons annoncé un objectif à moyen terme: acquérir un million de nouveaux clients dont nous sommes la banque principale dans chacun des secteurs du Réseau canadien et des Opérations internationales.

Permettez-moi de vous donner quelques exemples concrets de la force d’attraction produite par notre transformation numérique.

Environ 8 millions de nos clients sont actifs sur les plateformes numériques, c’est-à-dire qu’ils utilisent régulièrement nos canaux mobiles et en ligne pour accéder à un large éventail de services bancaires.

Au Canada, plus de 60 % de nos clients traitent avec nous par voie numérique, et ceux-ci font maintenant plus de virements de fonds avec leur appareil mobile qu’en ligne.

De fait, nos clients feront plus de 50 millions de virements cette année seulement au moyen de leur téléphone.

Il en va de même pour les paiements de factures, les clients étant plus nombreux à effectuer leurs paiements par nos canaux numériques plutôt qu’en succursale, et au moyen de leur téléphone plutôt qu’en ligne.

Dans nos principaux marchés de l’Amérique latine, nous constatons également la grande popularité de nos plateformes numériques.

À titre d’exemple, au Pérou, plus d’un demi-million de clients utilisent nos canaux numériques.

Et au Chili, où nous avons octroyé plus de 250 000 prêts à des étudiants, nos systèmes numériques permettent maintenant à ceux-ci de rembourser leur prêt en ligne, plutôt qu’en succursale.

L’expansion de nos services numériques et l’utilisation croissante de nos canaux numériques par les clients nous permettent :

  • d’offrir une expérience client encore meilleure,
  • de simplifier le travail de nos employés,
  • et d’améliorer notre efficacité opérationnelle pour le bénéfice de nos actionnaires.

Avant de continuer, je voudrais commenter brièvement certaines manchettes des dernières semaines à propos de la protection des données, ou, justement, du manque de protection.

Pour moi, ces reportages nous rappellent à juste titre l’importance de maintenir la confiance du public, car cette confiance est non seulement la base du secteur bancaire, mais aussi la base de notre société.

Que ce soit bien clair: même si la cybersécurité et la protection des données ont fait les manchettes dernièrement, l’engagement de la Banque Scotia à protéger les renseignements personnels de ses clients a toujours été inébranlable.

Nous savons que les menaces à la cybersécurité continuent d’évoluer et que personne n’est à l’abri… c’est pourquoi nous sommes vigilants en matière de confidentialité des données, et nous avons mis en place des protocoles exhaustifs pour les protéger.

De plus, nous collaborons avec les autorités de réglementation, les gouvernements, et d’autres parties prenantes pour trouver des solutions afin que notre système et la Banque soient bien protégés.

Alors que le monde numérique prend de l’ampleur, les questions sur les données, la confidentialité et la confiance continuent de se poser et d’évoluer rapidement.

Mais pour la Banque Scotia, il ne fait aucun doute que la confiance est d’une importance capitale.

À nos yeux, la confiance de nos 24 millions de clients constitue l’un des plus grands atouts et nous ne la tiendrons jamais pour acquise.

À présent, j’aimerais me pencher sur un autre sujet et vous parler de la façon dont l’innovation touche les gens, et surtout de notre volonté d’investir dans les BanquiersScotia alors que nous prenons le virage de l’économie numérique.

Il y a quelques mois, le président et chef de la direction de BlackRock, le plus important gestionnaire d’actifs au monde, – et l’un des principaux actionnaires de la Banque – a publié sa lettre annuelle à l’intention des dirigeants d’entreprises dans le monde.

En voici un extrait: « Pour prospérer, les entreprises doivent non seulement enregistrer un bon rendement financier, mais aussi démontrer comment elles contribuent de façon positive à la société. »

Cela nous a interpelés, parce que nous avons toujours fonctionné de cette façon. À la Banque Scotia, travailler dans le secteur bancaire, c’est une vocation.

Nous croyons fermement que les banques sont au cœur du tissu économique et social des pays où elles exercent leurs activités.

C’est une responsabilité que nous prenons très au sérieux.

Par exemple, l’an dernier, les BanquiersScotia ont consacré plus de 400 000 heures au bénévolat et à la collecte de fonds dans leurs collectivités.

La Banque a également versé plus de 80 millions de dollars en dons, commandites et autres formes d’aide à l’échelle mondiale.

Plus précisément, dans le cadre de notre engagement envers les jeunes dans la collectivité, nous avons construit des terrains de soccer pour les enfants du Pérou et du Mexique en 2017.

Et ici, au Canada, la Banque a franchi un jalon important : elle a appuyé près de 10 000 équipes de hockey mineur et plus d’un million d’enfants par son engagement envers le hockey local.

Notre partenariat historique de 20 ans avec Maple Leaf Sports & Entertainment – et sa Fondation philanthropique – nous permettra encore davantage de redonner aux collectivités où nos clients et employés vivent et travaillent.

Revenons un instant à la lettre de BlackRock, car elle soulève une question opportune et importante.

On se demande si les entreprises offrent les occasions d’apprentissage dont les employés auront besoin pour s’adapter à une économie de plus en plus numérique.

À la Banque, nous sommes à l’avant-scène d’un monde qui change rapidement.

Et même s’il est évident que la transformation technologique apporte des avantages réels dans notre société… elle exige de nouvelles compétences et un changement de mentalité.

Naturellement, cela cause une certaine inquiétude quant à la sécurité d’emploi au sein de différents groupes de la société.

Il revient à tous les intervenants d’analyser les effets financiers et non financiers de l’innovation technologique rapide.

À la Banque Scotia, nous nous engageons à investir dans des occasions d’apprentissage qui sont utiles pour les BanquiersScotia.

En 2017, nous avons injecté près de 70 millions de dollars dans le perfectionnement des employés, et les résultats ont été appréciables.

Certains employés ont choisi de bénéficier de notre programme d’aide à la formation pour retourner aux études.

D’autres se sont tournés vers notre nouveau programme numérique.

Au cours de la dernière année seulement, les BanquiersScotia ont suivi 32 000 cours et séances en ligne, dont certains étaient offerts par nos partenaires clés en formation, comme l’Université Queen’s et l’Université de Colombie-Britannique.

Nous voulons en faire encore plus...

À cet effet, je suis ravi d’annoncer un investissement de 250 millions de dollars sur dix ans pour donner aux BanquiersScotia

les outils et la formation dont ils ont besoin pour s’adapter à l’économie numérique et s’y épanouir.

Permettez-moi de présenter brièvement les trois aspects de l’initiative que nous lancerons en janvier 2019 dans le but d’élargir l’apprentissage et de favoriser l’acquisition de nouvelles compétences.

Premièrement, nous voulons offrir des possibilités de perfectionnement continu axé sur les compétences les plus recherchées.

Plus tard cette année, nous mettrons en place l’université virtuelle de la Banque Scotia et tous les employés y auront accès.

Ce portail interactif aidera les BanquiersScotia à créer leur propre plan de formation au moyen d’un contenu interne et externe.

Deuxièmement, nous voulons aider les employés à s’adapter au changement en leur offrant une évaluation de leurs compétences et une formation adéquate.

Par l’intermédiaire d’institutions accréditées, nous offrirons de la formation et concentrerons nos efforts sur le développement de compétences nouvelles et avancées afin de préparer les employés à occuper des postes émergents au sein de la Banque.

Et troisièmement, nous voulons investir dans la formation des employés touchés ou susceptibles d’être touchés par une suppression de poste en raison de l’évolution technologique.

Des fonds supplémentaires seront prévus pour des services de réorientation professionnelle.

L’aide à la formation sera aussi bonifiée pour les employés qui décident de retourner aux études pour prendre un nouveau départ.

Les gens – qu’il s’agisse de clients, d’employés ou d’actionnaires – ont toujours été au cœur de notre vision des services bancaires à la Banque Scotia.

Nous nous engageons à aider nos employés à s’adapter aux réalités de l’économie numérique dont l’évolution est rapide.

C’est dans l’intérêt de la Banque, de nos employés, de nos collectivités et de la société en général.

Avant de terminer, je m’en voudrais de ne pas saisir cette occasion pour souligner les avantages du libre-échange, de l’ouverture des marchés en général et de l’ALÉNA en articulier.

Dans la dernière année, l’équipe Études économiques de la Banque Scotia a fait de nombreuses analyses sur l’ALÉNA.

Les faits montrent clairement que l’ALÉNA a été avantageux pour les trois pays membres.

L’ALÉNA a permis la création de millions d’emplois et l’amélioration du niveau de vie au Canada, aux États-Unis et au Mexique.

Nous pensons que l’économie relativement forte du Canada est attribuable, entre autres, à son engagement indéfectible envers le libre-échange et l’ouverture des marchés.

Cela dit, nous ne devons pas ignorer les préoccupations au sujet des suppressions de postes, que ce soit dans notre secteur ou ailleurs.

Comme je l’ai dit lors de l’assemblée annuelle l’an dernier, les leaders du monde politique et du milieu des affaires doivent travailler ensemble pour atténuer les inquiétudes des citoyens qui estiment que l’ouverture des marchés menace leur capacité de gagner leur vie.

Je pense ici à des programmes pour les employés dont le poste a été supprimé et qui veulent participer à la nouvelle économie.

Depuis le début du processus de renégociation de l’ALÉNA, la Banque Scotia a participé à des discussions avec des représentants des gouvernements canadien et mexicain.

Nous avons aussi contribué à l’organisation de plusieurs rencontres entre des dirigeants des secteurs privé et public ici au Canada et au Mexique.

Nous défendons ardemment l’ALÉNA et c’est pourquoi nous continuerons de saisir les occasions d’en promouvoir les avantages; nous gardons bon espoir qu’une entente sera conclue dans un proche avenir.

En terminant, j’aimerais remercier les 89 000 BanquiersScotia partout dans le monde pour leurs efforts soutenus visant à bâtir une banque encore meilleure.

Merci à nos 24 millions de clients…

Sachez que nous n’épargnerons aucun effort pour continuer de mériter votre confiance.

Merci aussi à nos actionnaires pour leur confiance.

Et pour conclure, je remercie le conseil d’administration pour ses judicieuses recommandations et son appui à l’égard de notre plan ambitieux.

De notre point de vue, la Banque est plus forte et plus concurrentielle que jamais… et c’est avec grand enthousiasme que nous envisageons notre avenir.

Merci.