Diversité et inclusion

Un milieu de travail diversifié et inclusif permet aux clients et aux employés de réaliser pleinement leur potentiel. Nous cherchons à respecter et à reconnaître la contribution de chacun et à accueillir nos différences comme nos ressemblances – peu importe l’ethnicité, le sexe ou l’orientation sexuelle.


Pourquoi nous investissons dans la diversité et l'inclusion

Dans un monde en constante évolution, la diversité et l'inclusion des employés nous permet de mieux répondre aux besoins de notre clientèle de plus en plus diversifiée.

Diversity

Événement Empower LGBT 2017 : Faire progresser la diversité et l’inclusion au Mexique

proud

Jose Antonio Carranza, premier directeur du marketing de Scotiabank Mexico, constate que le Mexique est en effervescence. En effet, au cours des dernières années, le Mexique a adopté une législation relativement progressiste en matière de droits des LGBT+, et la sexualité est maintenant perçue de façon plus inclusive. Il précise toutefois que cette nouvelle tendance entre parfois en conflit avec des préjugés ancrés depuis longtemps dans la culture : « À l’heure actuelle, on sent encore une attitude de rejet et une certaine distanciation sociale à l’égard des membres de la communauté LGBT+. »

Ce qui préoccupe surtout Jose Antonio, c’est que cette attitude cause à la communauté d’affaires LGBT+ des difficultés qui n’auraient pas lieu d’être. « La discrimination dresse des barrières visibles et invisibles devant ces entrepreneurs, en limitant leur accès aux ressources dont ils ont besoin pour fonder et maintenir une entreprise, affirme-t-il. Malgré tout, le Mexique compte de nombreuses entreprises LGBT+, et elles deviennent de plus en plus nombreuses à mesure que la société devient plus inclusive.»

Conférence

En septembre 2017, la Banque Scotia a participé au sommet Empower LGBT, en plus de commanditer cet événement organisé par la fédération mexicaine des entrepreneurs LGBT. Plus de 614 entreprises se sont jointes à la communauté d’affaires LGBT+ du Mexique pour réseauter, se renseigner et promouvoir la diversité et l’inclusion. Cette année, la conférence portait principalement sur « l’effet multiplicateur » : une fois que la diversité et l’égalité sont respectées, elles peuvent pénétrer la chaîne de valeur d’une entreprise et donner lieu à davantage d’initiatives en faveur de la diversité.

Les participants ont pu entendre un plaidoyer pour la diversité, en plus de recevoir des recommandations pratiques sur la façon de recruter des personnes diversifiées, de créer un milieu de travail inclusif, de former des groupes LGBT+ au sein de leur entreprise, de bâtir une chaîne d’approvisionnement inclusive et de se conformer à la législation du Mexique (en l’occurrence, la norme sur l’égalité au travail et l’absence de discrimination et la loi sur l’équité). En outre, les entreprises reconnues par la communauté LGBT+ ont eu l’occasion de présenter leurs produits et services dans la salle principale de l’événement. Elles ont ainsi profité d’une visibilité accrue auprès du grand public, d’autres entrepreneurs et, surtout, des responsables de l’approvisionnement de plusieurs multinationales présents à l’événement.

En plus de commanditer l’événement, la Banque Scotia a organisé un atelier sur les pratiques exemplaires en matière de développement des talents et animé une séance de groupes sur l’éducation financière. En qualité de porte-parole du groupe de ressources pour les employés Fierté Scotia, Jose Antonio a prononcé l’allocution d’ouverture de la conférence.

« Les événements de ce genre sont l’occasion de débusquer les préjugés et de mettre en valeur le talent et les compétences de la communauté LGBT+, a-t-il expliqué. Ils contribuent à modifier l’attitude des gens, le milieu des affaires n’étant pas toujours pleinement conscient des barrières et des préjugés qui existent. »

Suivi

Dans le monde des affaires actuel, la diversité est plus importante que jamais pour recruter et fidéliser les meilleurs talents. En faisant preuve d’une plus grande ouverture, les organisations peuvent mieux cerner les besoins des communautés LGBT+ et de leurs alliés dans la société. À l’issue du sommet, plusieurs entreprises ont décidé de mettre en pratique leur nouveau savoir dans différentes sphères, comme la chaîne d’approvisionnement, les ressources humaines et le marketing.

Améliorer la situation des clients

Comme le souligne Jose Antonio, au bout du compte, le soutien donné par la Banque à des événements comme Empower LGBT n’est pas profitable seulement pour le petit groupe de participants à la conférence, mais pour tout le monde. « La Banque Scotia est un reflet de la société, et nous croyons que la diversité est une bonne chose pour tous. »

« Mieux comprendre la diversité de nos employés, recourir à la sensibilisation et créer un milieu de travail inclusif nous permet d’avoir plus d’empathie pour notre clientèle issue de la diversité et de mieux comprendre notre marché. »

MESURER L'IMPACT

En octobre dernier, Sindy Mosquera, une étudiante de secondaire âgée de 18 ans, a occupé pendant une journée les fonctions de PDG de Banco Colpatria, une filiale de la Banque Scotia et l’une des plus grandes banques de Colombie. Cette journée a changé sa vie.

Pour Sindy, il s’agissait de la concrétisation d’un rêve, mais cette initiative mondiale visait un objectif plus large. En effet, il s’agissait pour la Banque Scotia d’une occasion de réaliser des progrès à l’égard de deux de ses priorités en matière de responsabilité sociale : la diversité et l’inclusion et l’investissement dans la jeunesse. Cette initiative permet de lancer un message fort aux jeunes femmes qui, comme Sindy, doivent surmonter des obstacles pour accéder à l’éducation : les postes les plus élevés peuvent être occupés par les filles qui rêvent grand.

Envoyer un message clair

L’initiative PDG d’un jour s’inscrivait dans le cadre de la Journée internationale de la fille de l’ONU 2017 et de la campagne #GirlsBelongHere de Plan International. Quelque 600 jeunes femmes ont occupé des postes de prestige au sein d’entreprises partout dans le monde.

Le PDG de Banco Colpatria, Santiago Perdomo, s’est dit heureux de participer à ce projet qui vise à montrer aux femmes et aux filles qu’elles ont toutes les capacités nécessaires pour occuper les plus hautes fonctions.

« En devenant PDG d’un jour de Colpatria, Sindy a incarné de manière éclatante le pouvoir et le potentiel des filles », a affirmé Santiago. « Cette initiative constitue un parfait exemple des programmes d’inclusion de Banco Colpatria. »

Surmonter les obstacles

Cette initiative permet également à la Banque Scotia d’attirer l’attention sur les obstacles que Sindy et d’autres filles doivent surmonter durant leur parcours scolaire. Sindy est originaire de Chocó, le plus grand district afro-colombien et l’une des régions les plus pauvres du pays. Santiago souligne que dans les pays comme la Colombie, les filles forment souvent le groupe le plus vulnérable. Dans les familles moins fortunées, l’éducation des filles n’est souvent pas une priorité. « Comme il est difficile pour certaines filles de fréquenter l’école, bon nombre d’entre elles sont victimes de pratiques discriminatoires », a soutenu Santiago.

Les études démontrent que l’éducation est la clé qui donne accès à toutes les occasions. Comme les femmes investissent 90 % de leur salaire dans le bien-être de leur famille, l’éducation a un effet multiplicateur qui contribue à briser le cercle de la pauvreté.

La Banque Scotia investit dans la jeunesse depuis de nombreuses années et contribue ainsi à former les leaders de demain. L’initiative PDG d’un jour n’est que l’un des nombreux moyens employés par Banco Colpatria pour inspirer les jeunes à poursuivre leurs études. Elle offre en effet des programmes d’éducation financière, comme Economy of Success, qui rejoint plus de 1 500 jeunes. Grâce à ces initiatives, la Banque Scotia peut amener des changements concrets au sein des communautés locales tout en favorisant la diversité et l’inclusion dans l’entreprise.

Éveiller les consciences

Dans le cadre de ses fonctions de PDG d’un jour, Sindy a participé à des comités et a rencontré des clients et certaines des dirigeantes les plus en vue de la banque.

Aussi passionnée de mathématiques et de justice sociale, Sindy comprend que l’accès à l’éducation est le principal obstacle à franchir pour de nombreuses filles qui aspirent à devenir des leaders. En tant que bénévole auprès de Plan International, un organisme de développement et d’aide humanitaire qui milite pour les droits des enfants et l’égalité des filles, Sindy a participé à un forum de discussion national sur le rôle des filles dans la consolidation de la paix. Dans le futur, Sindy espère devenir comptable et compte bien aider sa communauté.

« Cette expérience d’un jour inspirera sûrement des centaines de femmes dans ma région, qui se demandent ce que leur réserve l’avenir parce que les occasions leur semblent rares », a souligné Sindy. « Les femmes n’ont jamais eu les mêmes chances que les hommes, mais les choses évoluent, notamment grâce à des initiatives comme celle-ci, qui contribuent à faire progresser les mentalités et qui servent d’inspiration aux femmes et aux filles. »

Redonner à la communauté

Pour l’aider à poursuivre ses études et à réaliser ses rêves, Banco Colpatria a offert à Sindy un nouvel ordinateur portatif, une bourse d’études d’un an pour apprendre l’anglais et un programme de mentorat avec l’une des directrices des services aux entreprises de la Banco Colpatria, Bibiana Roa.

« Je me sens en confiance et en contrôle », a indiqué Sindy lors de sa journée au poste de PDG. « Je me vois déjà occuper un emploi et suggérer des idées pour aider les autres filles à prendre pleinement conscience de leur potentiel. »

Avec l’avènement de la technologie, le monde change plus rapidement que jamais. Fuencis Gómez, vice-présidente des Services bancaires numériques de Scotiabank Mexico, se souvient de ses débuts dans le milieu de la technologie. « J’ai vécu les touts débuts du commerce électronique dans l’industrie du voyage, en 1997. Vingt ans plus tard, on constate que ces précurseurs sont aujourd’hui les chefs de file dans l’industrie du voyage. »

Transformation numérique

À titre de dirigeante de l’usine numérique de Scotiabank Mexico, Fuencis Gómez est ravie d’aider la Banque à se tourner vers le numérique : « La transformation numérique de la Banque va bien au-delà de ce qui s’est fait dans le secteur du voyage et du commerce de détail. Les banques utilisent beaucoup plus de données, des algorithmes plus complexes et elles exploitent l’intelligence artificielle d’une façon innovante. En fait, c’est la frontière d’un nouveau monde. »

Mais Fuencis Gómez souligne que ce ne sont pas seulement les innovations technologiques de Scotiabank Mexico qui l’ont amenée à travailler à la Banque. « Au cours de l’été 2016, trois banques du Mexique m’ont offert un poste. »

« J’ai choisi Scotiabank Mexico pas seulement à cause de sa stratégie numérique mais aussi parce que sa culture d’entreprise inclut la diversité, et ça c’est très important pour moi. »

Diversité et inclusion à la Banque Scotia : talent et égalité des sexes

Tout comme Scotiabank Mexico cherche à s’adapter à l’évolution technologique, elle cherche aussi à se moderniser et à inclure davantage de femmes à des postes de direction. En effet, la Banque a élaboré sept initiatives qui ont un effet catalyseur, afin que les femmes soient embauchées, formées et qu’elles aient l’occasion de cheminer au sein de l’entreprise.

Ces initiatives permettent à la Banque d’aller dans la bonne direction. Selon une récente étude réalisée par le magazine Expansion, Scotiabank Mexico se classe au premier rang au pays pour ce qui est du pourcentage de femmes occupant un poste de direction. Toujours selon cette étude, Scotiabank Mexico arrive en troisième position parmi les employeurs les plus intéressants pour les femmes du Mexique, en raison de sa culture d’entreprise où l’accent est mis avant tout sur le talent.

Fuencis Gómez peut d’ailleurs en témoigner : « À Scotiabank Mexico, le plus important, c’est le talent et non pas si vous êtes un homme ou une femme. À mon poste et dans mes activités de tous les jours, je ne me considère pas comme une femme… je suis plutôt une professionnelle, bien préparée, qui donne le meilleur d’elle-même à son employeur. »

Mieux comprendre les clients

Pour Scotiabank Mexico, la diversité est un élément essentiel qui vient soutenir la conviction fondamentale de la Banque : les clients ont le droit d’améliorer leur situation. Fuencis Gómez explique l’importance de créer des équipes qui reflètent la diversité de la clientèle : « Nous avons l’occasion de nous pencher sur nos processus actuels pour les améliorer ou en créer une version numérique, dans le but de les simplifier. Au départ, il faut donc bien comprendre le client en tant qu’être humain, pour ensuite voir à ce que ses interactions avec la Banque soient simples et conviennent à son mode de vie. »

« Dans nos équipes, la diversité nous aide à mieux comprendre nos clients – des personnes d’horizons différents, aux besoins différents – et les besoins auxquels doivent répondre nos produits. Nous pouvons alors les servir d’une façon qui leur convient mieux, ce qui leur permet d’améliorer leur situation et d’avoir une meilleure qualité de vie. »

Comme le cerveau humain traite un volume incroyable d’informations, nous nous fions aux expériences passées, aux habitudes et aux suppositions pour prendre des décisions de manière efficace. Habituellement, cela nous arrange – comme quand nous évitons automatiquement un obstacle en conduisant.

Comme le cerveau humain traite un volume incroyable d’informations, nous nous fions aux expériences passées, aux habitudes et aux suppositions pour prendre des décisions de manière efficace. Habituellement, cela nous arrange – comme quand nous évitons automatiquement un obstacle en conduisant.

Cependant, notre subconscient peut parfois nous jouer des tours. Tous les êtres humains sont victimes d’un phénomène occasionnel appelé préjugé inconscient. Il s’agit de préférences et de suppositions automatiques qui influencent nos décisions sans que nous nous en rendions compte. Parfois, les préjugés inconscients (article en anglais) nous amènent à porter des jugements qui sont injustes, erronés et mêmes contraires aux croyances conscientes.

Repousser les limites

Ana Paula Aleixo, directrice RSC de Scotiabank Chile explique pourquoi il est important pour la Banque de faire face aux préjugés inconscients : « Comprendre nos préjugés est une étape essentielle pour nous qui servons les clients à la Banque Scotia. Nous comprenons leur droit d’améliorer leur situation, et nous devons être prêts à les servir sans nous laisser influencer par nos préjugés »

Détruire les mythes

À la fin de 2016, le comité local d’inclusion de Scotiabank Chile a lancé une campagne appelée Knocking Down Myths(Détruire les mythes) pour abolir les préjugés inconscients à la Banque. L’équipe de leadership de la division chilienne adhère aux mêmes principes de diversité et d’inclusion que l’ensemble de l’organisation, mais « nous n’avions pas encore expliqué à tous les employés ce que la diversité et l’inclusion signifiaient pour Scotiabank Chile – et pourquoi nous y accordons de l’importance. C’était donc un premier pas, une toute première initiative pour nous ».

La campagne s’est penchée sur trois questions clés : l’égalité des genres, la diversité culturelle et l’inclusion des personnes handicapées. Ana explique le choix de ces thèmes précis. « Nous nous sommes penchés sur ces trois questions, car nous devions aborder des sujets pertinents tant pour la Banque Scotia que pour la société chilienne. Actuellement, ce sont des questions très importantes pour notre pays, notre gouvernement et notre entreprise ».

La campagne

Au lieu d’une campagne gaie et colorée qui explique les avantages de la diversité et de l’inclusion, Ana et son équipe ont opté pour une approche plus « provocante » en mettant les employés au défi de remettre en question leurs propres préjugés inconscients.

Une fois par semaine, des messages illustrant différents préjugés inconscients étaient publiés sur les économiseurs d’écran de tous les ordinateurs d’employés. À la fin de la semaine, un énoncé visant à « détruire » le préjugé était ajouté à chaque message.

Ana sourie en se souvenant de la création des messages de la campagne : « Comme c’était la première fois que nous abordions la diversité et l’inclusion avec nos employés, nous voulions être sûrs d’attirer leur attention. Nous n’aurions sans doute pas réussi si nous avions choisi des messages joviaux ».

Résultats

La campagne abordait des sujets adaptés aux particularités culturelles et ses objectifs étaient tout aussi pertinents pour le public chilien. Son but était de « promouvoir la discussion » et de « sensibiliser », déclare Ana. « Ici, au Chili, nous avons du mal à parler des tabous. Parfois nous préférons ne pas les aborder avec notre famille, nos collègues ou nos amis. C’est pourquoi l’objectif principal de la campagne était de promouvoir la discussion – parce qu’ici, il est très important d’encourager les gens à parler. Nous devons savoir comment les écouter ». Il s’agit d’une étape essentielle pour créer un environnement inclusif.

Chaque fois qu’un message changeait durant la campagne, les dirigeants de la Banque Scotia orientaient les discussions avec leurs équipes sur les préjugés inconscients. La déclaration suivante d’un des participants indique que l’approche a fonctionné : « En général, les réactions montraient que l’inclusion devait être mise en pratique. Nous avons donc décidé en équipe d’intégrer plus de personnes handicapées. Le processus d’embauche a commencé avec les Ressources humaines et nous travaillons sur la description d’un poste afin d’inclure des tâches que nous pourrons confier aux bénéficiaires de la Fundación Tacal [un organisme qui forme des gens atteints de troubles cognitifs pour assurer leur inclusion au travail]. »

Mieux servir les clients

En ce qui concerne le rôle de la diversité et de l’inclusion à la Banque Scotia, Ana croit qu’il existe un lien avec le service à la clientèle : « Nous devons comprendre la diversité de nos clients et faire l’effort de nous mettre à leur place. C’est ainsi que nous parviendrons à cerner leurs besoins particuliers.

le service à la clientèle : « Nous devons comprendre la diversité de nos clients et faire l’effort de nous mettre à leur place. C’est ainsi que nous parviendrons à cerner leurs besoins particuliers.

Nos progrès

Voyez comment nous valorisons la diversité et l'inclusion à la Banque Scotia.