Si vous faites une recherche Google sur le leadership, vous obtiendrez 2,95[1] milliards de résultats. Devenir un bon leader est un objectif partagé par bon nombre de personnes à l’échelle mondiale.

Le leadership n’est pas quelque chose qui dépend du genre et les capacités de leadership d’une personne devraient dépendre de ses forces individuelles et de ses traits de personnalité. Au fil du temps, notre vision d’un grand leader a évolué, mais généralement, les grands leaders sont des grands leaders qu’ils soient des femmes ou des hommes.

L’expérience d’être une grande leader peut être différente et engager son propre ensemble de défis et d’obstacles. Nous nous sommes entretenus avec deux femmes membres de la haute direction de la Banque Scotia qui nous ont fait part de leurs perspectives fascinantes sur ce qui est nécessaire pour être une grande leader. Sloane Muldoon est première vice-présidente à la direction, Produits de détail pour le réseau canadien et Anya Schnoor est vice-présidente à la direction, Antilles, Amérique centrale et Uruguay.

5 C pour devenir une grande leader

Être un leader de nos jours est un équilibre important entre une liste croissante de demandes complexes au quotidien et la rapidité de l’arrivée de nouvelles technologies révolutionnaires et de changements de culture. Voilà cinq moyens que les femmes peuvent prendre pour surmonter ces défis et émerger à titre de grandes leaders :

  1. Curiosité : « Suivez votre curiosité »

    Vous devez être curieuse et toujours garder un œil ouvert sur les nouvelles opportunités.

    Sloane Muldoon explique comment elle a changé son cheminement de carrière en pensant au-delà de son expérience passée. : « J’avais toujours travaillé au Canada pendant l’ensemble de mes trente années de carrière dans les services bancaires. Puis, il y a quelques années, j’ai commencé à me demander quelles opportunités pourraient s’offrir à moi sur un de nos marchés internationaux et ce que je pourrais apprendre en travaillant au sein des services bancaires internationaux. L’occasion s’est vite présentée de travailler hors du Canada. Tout cela a commencé par une saine curiosité et par l’exploration de l’horizon qui se présente constamment devant vous. »

  2.  Zone de confort : « Apprendre à être à l’aise avec le fait d’être inconfortable »

    La volonté de sortir de votre zone de confort est probablement un des attributs les plus célébrés des grands leaders.

    Anya Schnoor, originalement de la Jamaïque et ayant joint les rangs de la Banque il y a 15 ans, affirme : « Les Antilles étaient ma zone de confort, mais j’étais enthousiaste à l’idée d’explorer d’autres opportunités ailleurs. Quitter mon pays d’origine a été l’une des décisions les plus difficiles de ma vie. Mais pour réussir, vous devez être prêt à prendre des risques dans votre carrière, à sortir de votre zone de confort et à poursuivre vos rêves. »

    Anya Schnoor explique : « En tant que femmes, nous avons davantage tendance à nous poser plus de questions et de nature, nous avons tendance à trop analyser et sommes moins enclines à sortir de notre zone de confort. Cela nous empêche parfois de prendre des décisions audacieuses en ce qui concerne nos carrières. Par exemple, si une offre d’emploi compte 10 exigences, certaines femmes voudront atteindre leur zone de confort et attendre d’en posséder 9 sur 10 avant de poser leur candidature. »

    Sloane Murdoon explique également que pour réaliser leur potentiel de leadership, les femmes doivent « apprendre à être à l’aise avec le fait d’être inconfortables et apprendre à sortir des sentiers battus. »

  3. Apprentissage continu : « Vous devez assumer la pleine responsabilité personnelle de votre propre perfectionnement. »

    La plupart des plus grands entrepreneurs au monde, ainsi que les plus puissantes femmes sont connus pour leur désir constant d’apprendre.

    Sloane Murdoon explique :

    « Profitez de chaque opportunité d’apprentissage qui se présente. Lorsque vous êtes ouvert d’esprit, vous êtes plus intentionnel au sujet de l’apprentissage, et la croissance s’en suit naturellement. Il importe que vous ayez des plans de perfectionnement ciblés pour soutenir votre propre perfectionnement personnel et professionnel. Vous devez prendre les rênes de votre propre perfectionnement. »

    Anya Schnoor souligne également sa courbe d’apprentissage : « Si je commence dans un nouveau domaine et que je ne possède que 50 % des connaissances requises, cela me convient parfaitement pour commencer. Je prends mon temps pour identifier les 50 % manquants, puis je les apprends le plus tôt possible. Soyez imparables à ce que vous connaissez et apprenez avec enthousiasme tout ce que vous ne savez pas en lisant, en vous faisant accompagner, en posant des questions et en pratiquant. Éventuellement, vous en saurez très rapidement plus de 50 %. »

  4. Confiance : « Ne vous assoyez pas au fond de la pièce. »

    Les femmes doivent se souvenir que l’estime de soi est le moteur de la plupart des grandes leaders et qu’elle est la pierre angulaire de la croissance du leadership. Elle vous permet de communiquer, de motiver et de vous dépasser.

    Sloane observe : « En tant que femmes, nous avons tendance à être dures envers nous-mêmes, et parfois cela vient d’un manque d’estime de soi. Et par conséquent, nous n’exprimons pas toujours ce que nous voulons et ne levons pas toujours notre main lorsque les opportunités se présentent.»

    Anya Schnoor suggère une formule pour bâtir l’estime de soi chez les femmes : « Vous devez continuer à vous entraîner chaque jour à avoir confiance en vous jusqu’à ce que cela devienne un mode de vie. Par exemple, lorsque la plupart des gens entrent dans une pièce, ils ont tendance à aller vers le fond. Donc, chaque fois que j’entre dans une pièce, je vais vers l’avant. C’est là que je suis le plus susceptible d’établir un contact étroit avec les leaders avec lesquels je peux interagir et qui pourraient également influencer mon cheminement de carrière.

    « De la même manière, j’ouvre toujours ma caméra lorsque je suis en réunion virtuelle. Je veux démontrer que je suis dans l’instant. De cette manière, je peux établir un contact encore plus significatif avec mes pairs. »

    Anya avertit toutefois que la « confiance se porte mieux sans l’ego. La ligne entre la confiance en soi et l’ego est toujours très mince. Mais lorsque vous savez d’où vous venez et où vous vous en allez, vous avez la sagesse de contrôler votre ego et de marcher sur cette fine ligne avec brio. » 

  5. Capacité de reprise : « Ce qui vous définit à titre de leader n’est pas les erreurs que vous commettez, mais bien votre capacité à vous reprendre. »

    Les athlètes d’élite sont applaudis et adulés en raison de leur capacité à se reprendre après être passés près de la défaite pour finalement signer une victoire, même après avoir commis d’importantes erreurs. Le manque de résilience et l’incapacité à composer avec les erreurs est ce qui pousse certains leaders à baisser les bras et à lentement glisser vers la médiocrité.

    Comment composer avec les erreurs et demeurer un excellent leader? Voici ce que fait Sloane Muldoon : « Quand je fais une erreur, je prends du recul et je me pose deux questions : quelle leçon pourrais-je en tirer et que pourrais-je faire différemment la prochaine fois? Il est également important d’avoir des mentors sur qui on peut compter. Ceux-ci peuvent offrir de précieux conseils et faire part de leurs expériences. »

    Anya Schnoor présente une stratégie de reprise semblable. Elle affirme : « Je fais une liste de toutes mes erreurs et mets les bouts de papier dans une boîte. Je prends le temps d’apprendre de mes erreurs. Je me pose des questions difficiles et détermine ce que je dois faire différemment. Puis, je range la boîte, car vous n’êtes pas défini par les erreurs que vous commettez, mais bien par votre capacité à vous reprendre. »

    Anya Schnoor poursuit : « La partie la plus importante du leadership est de regarder vers l’avant et non pas vers l’arrière. Si nous passons notre temps à regarder vers l’arrière, nous n’atteindrons jamais la destination voulue. Un échec n’a pas à être une fatalité. Cela peut être une bénédiction lorsque vous le tournez en réussite. »

Où commence et où finit le leadership?

Le leadership commence ici et maintenant. Pour que les femmes deviennent de grandes leaders, Sloane affirme que la « Préparation pour votre prochain rôle commence à l’endroit où vous vous situez aujourd’hui. » Ayez un bon rendement, traitez bien les autres, ayez l’esprit d’équipe et démontrez que vous êtes prête à relever tous les défis qui se présenteront. Avoir un bon rendement plutôt que de se contenter de seulement livrer la marchandise est ce qui vous démarquera des autres, mais la façon dont vous y arriverez est tout également importante. Voilà une chose à ne jamais oublier. »

Anya Schnoor explique : « Le leadership consiste à écouter et à aller de l’avant main dans la main avec l’équipe, car la réussite ne se résume pas à votre seule personne. La réussite est une affaire d’équipe et dépend de votre capacité à constituer une équipe performante ensemble. »

Et quand êtes-vous finalement un grand leader féminin? Il ne s’agit pas d’une destination en soi. Continuez à grandir, de sorte que vous recherchiez toujours à actualiser vos objectifs et à devenir une meilleure leader. 

En savoir plus au sujet d’Anya Schnoor

Anya Schnoor a été nommée vice-présidente à la direction, Antilles, Amérique centrale et Uruguay pour les Opérations internationales en octobre 2020. À ce poste, elle dirige l’établissement de l’orientation stratégique globale de la Banque pour ses activités de services aux particuliers, aux entreprises et aux grandes sociétés, de gestion de patrimoine et d’assurance dans ces régions. La Banque Scotia fournit des solutions et des services financiers à plus de 2,2 millions de clients des Antilles, de l’Amérique centrale et de l’Uruguay par l’intermédiaire de son réseau de succursales, de ses centres de contact et de ses canaux numériques.

Née en Jamaïque, Anya Schnoor a travaillé dans le secteur des services financiers des Antilles pendant plus de 28 ans, acquérant de l’expérience dans les domaines de la gestion de patrimoine, de l’assurance et des services bancaires. Elle s’est taillé une réputation de femme d’affaires exemplaire dans cette région, puisqu’elle a reçu en 2019 le prix Caribbean Luminary Award décerné par la American Foundation for The University of the West Indies pour son apport au milieu des affaires.

Anya Schnoor est entrée au service de la Banque Scotia en Jamaïque en 2006, puis elle a assumé des postes à responsabilités croissantes au sein de la Banque, le plus récent étant celui de vice-présidente à la direction, Produits de détail pour le Réseau canadien. À ce poste, elle a dirigé des initiatives majeures, comme la conception de la nouvelle appli des services bancaires mobiles au Canada, le lancement de plusieurs cartes de crédit primées et la mise en place des nouveaux forfaits bancaires, contribuant ainsi à transformer la façon dont la Banque Scotia sert les particuliers au Canada.

Anya Schnoor siège actuellement à divers conseils d’administration de filiales de la Banque Scotia et elle est une membre active de sa communauté. Elle fait partie du Forum international des femmes, une organisation qui soutient la prochaine génération de femmes dirigeantes.

Consultez son profil LinkedIn ici

En savoir plus sur Sloane Muldoon

Sloane Muldoon est la première vice-présidente, Rendement des activités de détail. Elle a été nommée à ce poste en novembre 2020 pour bâtir sur la culture d’entreprise et stimuler le changement au sein de la Banque afin de maximiser la productivité dans les domaines clés de nos activités de détail. Sloane Muldoon est également une membre-conseil du conseil d’administration et la présidente de l’initiative Femmes de la Banque Scotia.

Sloane Muldoon s’est jointe à la Banque Scotia en 1991 et a gravi les échelons depuis lors, occupant plus récemment des postes de direction comme première vice-présidente de la région des Prairies pour les activités bancaires en succursale canadiennes.

Avant cela, Sloane Muldoon était directrice générale de la région est des Antilles et directrice du pays et directrice générale, Îles Caïmans et Îles vierges britanniques, où elle a soutenu l’élaboration des stratégies à long terme de la Banque dans la région. Sloane Muldoon a également occupé un certain nombre de postes de haute direction, dont vice-présidente de district, Sud de l’Alberta, et vice-présidente, Agriculture, Services bancaires aux entreprises.

 

Consultez son profil LinkedIn ici.

 

Le présent document est publié à titre informatif seulement. Les informations qu’il contient ne doivent pas être interprétées comme des conseils financiers, fiscaux ou en placement, des garanties pour l’avenir ou des recommandations d’achat ou de vente. Les renseignements présentés, notamment ceux ayant trait aux taux d’intérêt, à la conjoncture des marchés, aux règles fiscales et à d’autres facteurs liés aux placements, peuvent changer sans préavis, et La Banque de Nouvelle-Écosse n’est pas tenue de les mettre à jour. Même si les renseignements de tiers contenus dans le présent document proviennent de sources jugées fiables à la date de publication, La Banque de Nouvelle-Écosse ne garantit pas leur fiabilité ni leur exactitude. Les lecteurs sont invités à consulter leur propre conseiller professionnel pour obtenir des conseils financiers, des conseils de placement ou des conseils fiscaux adaptés à leurs besoins. Ainsi, il sera tenu compte de leur situation, et les décisions seront fondées sur l’information la plus récente.