Les étudiants d’Enactus Windsor célèbrent leur victoire au
Défi d’autonomisation des jeunes de la Banque Scotia, à Vancouver

Les étudiants d’Enactus Windsor célèbrent leur victoire au Défi d’autonomisation des jeunes de la Banque Scotia, à Vancouver.


Par Diana Hart

Un étudiant canadien a trouvé une façon originale de recycler les lacets de patins de hockey.

Levi Rock, un jeune de 15 ans vivant à LaSalle, en Ontario, a transformé sa passion du hockey en petite entreprise, Wicked Wristers, en vendant à deux magasins locaux ses bracelets faits à la main, à partir de lacets de patins de hockey.

Quelques exemples des bracelets Wicked Wristers (photo gracieuseté de Levi Rock).

Levi Rock est l’un des 770 étudiants qui ont eu l’occasion de mettre en pratique leur esprit d’entreprise dans le cadre du programme Youthrive, sous la supervision d’étudiants de l’Université de Windsor.

Le programme intensif de 10 semaines Youthrive est un programme de mentorat et de littératie financière axé sur l’entrepreneuriat. Cette année, le programme a joint les étudiants de 36 classes du niveau secondaire et de septième année de la région de Windsor/Essex, ainsi que d’un camp d’été pour les jeunes vulnérables. Avec l’aide de mentors, de microcrédit et de cours portant sur des sujets comme le marketing et l’établissement d’un budget, les étudiants sont amenés à créer et diriger leur petite entreprise.

Ce sont les étudiants de l’Université de Windsor qui ont remporté le titre de champion national du Défi d’autonomisation des jeunes de la Banque Scotia avec leur programme Youthrive. Le Défi d’autonomisation des jeunes, créé par le groupe Enactus Canada, est un concours qui invite les étudiants des niveaux collégial et universitaire à réaliser des projets pour aider des jeunes de la collectivité.

Les étudiants de la section Enactus-Windsor espèrent que le programme Youthrive inspirera une génération future d’entrepreneurs en répondant au besoin d’un programme de littératie financière plus poussé dans les écoles.

« Nous nous sommes rendu compte que dans notre système scolaire, les étudiants apprennent la théorie financière, mais ne sont pas du tout exposés à l’entrepreneuriat, explique Giancarlo Iannicello, membre d’Enactus et étudiant universitaire en quatrième année. Avec Youthrive, plutôt que d’expliquer la théorie de l’épargne et de l’établissement d’un budget, on remet une somme d’argent à un étudiant et on lui montre comment mettre en application ces notions dans le monde réel. »

L’entreprise de Levi Rock est l’une des plus florissantes de Youthrive, ayant généré des profits de près de 2 200 $. L’entreprise vend maintenant des t-shirts et des cordons et son expansion doit se poursuivre, avec l’aide des mentors de Youthrive.

« Youthrive, c’est majeur dans ma vie, car j’ai vu comment il est agréable d’avoir son entreprise, mais aussi tout le travail que ça demande, explique Levi Rock. Petit, je vendais des fraises devant la maison et depuis, mon intérêt pour l’entrepreneuriat et les affaires s’est maintenu. Les mentors de l’Université de Windsor qui travaillaient avec nous étaient professionnels, passionnés et vraiment intéressés par les étudiants du programme et leur projet. Le programme Youthrive a grandement approfondi mes connaissances des affaires. »

M. Iannicello était heureux de prendre part à nouveau au programme Youthrive à titre de mentor cette fois-ci, lui qui y avait participé durant ses études secondaires. Parmi les 265 projets présentés cette année, celui qu’il préfère est celui sur lequel il a collaboré, où une étudiante a créé une collection de tabliers à partir de tissus recyclés.

« Elle est passionnée par l’art et m’avait dit qu’elle ne pouvait pas en faire réellement une carrière, se souvient-il. Lui montrer qu’elle pouvait utiliser sa passion pour en faire une source de revenu et une véritable carrière, ça a été important pour moi. »

Depuis 2016, plus de 5 000 étudiants ont relevé le Défi d’autonomisation des jeunes de la Banque Scotia, ce qui a donné lieu à plus de 300 projets d’autonomisation communautaire qui ont aidé plus de 26 500 jeunes.

« Les jeunes sont les leaders de demain; il est donc inspirant de voir le type de leaders qu’ils seront en examinant le travail engagé, créatif et altruiste réalisé par les participants du Défi d’autonomisation des jeunes de la Banque Scotia, souligne Terri Williams, vice-présidente, Responsabilité sociale d’entreprise de la Banque Scotia. Les équipes Enactus influencent réellement le cours des choses pour les jeunes dans les différentes communautés du Canada. »

Pour en savoir plus sur le concours d’Enactus, consultez le site www.enactus.ca.