La pandémie de COVID-19 a ralenti l’économie mondiale, la menant pratiquement à un arrêt complet alors que les consommateurs demeurent de plus en plus à la maison afin de freiner la propagation du nouveau coronavirus. Comme un nombre croissant de personnes sont mises à pied et que l’avenir économique est empreint d’incertitude, nous avons demandé à deux expertes en planification financière de la Banque Scotia, Mary Grace Policelli, directrice, Planification de patrimoine globale et Jennifer Poon, directrice, Planification approfondie — de nous faire part de conseils afin d’établir un budget au quotidien pendant cette période difficile.

Q : Je viens tout juste d’être mis à pied en raison de la COVID-19. Quelles étapes devrais-je suivre afin d’établir un budget pour les mois à venir?

Tout d’abord, vous devriez déterminer si vous êtes admissible à l’un des programmes de soutien mis de l’avant par le gouvernement fédéral. Les Canadiens qui ont subi une perte de revenus en raison de la COVID-19 pourraient toucher la Prestation canadienne d’urgence (PCU) d’un montant de 2 000 $ par mois pour une période allant jusqu’à quatre mois. Les salariés et les travailleurs indépendants qui ne seraient pas autrement admissibles aux prestations d’assurance emploi sont admissibles à la PCU. Les personnes admissibles à l’assurance-emploi recevront la PCU par l’entremise de l’assurance-emploi, alors que les personnes qui n’y sont pas admissibles peuvent faire leur demande auprès de l’Agence canadienne du revenu. Pour obtenir de plus amples renseignements, rendez-vous sur le site Web du gouvernement en cliquant  ici.

Sachant que vous toucherez ce revenu, le temps est venu d’établir un budget si vous n’en avez pas déjà un. Une solide compréhension de l’ensemble de vos dépenses fait partie intégrante du processus d’établissement de votre budget. Commencez par diviser vos dépenses en deux catégories, soit les dépenses discrétionnaires et les dépenses non discrétionnaires. Revoyez vos dépenses et supprimez ou réduisez les dépenses non essentielles. Concentrez-vous sur l’établissement d’un budget pour acquitter les dépenses non discrétionnaires qui répondent à des « besoins », comme les paiements d’hypothèque, le loyer, le compte d’électricité, etc.

Assurez-vous également de vous constituer un fonds d’urgence permettant d’acquitter de trois à six mois de frais de subsistance, advenant que vous chômiez pendant plus de quatre mois, période au terme de laquelle les prestations du gouvernement cesseront. Enfin, profitez de toute autre mesure de soutien à laquelle vous êtes admissible, comme le report des versements hypothécaires, l’allocation pour enfants et le crédit pour la TPS. Si cela ne suffit pas, essayez d’éviter de piger dans vos épargnes enregistrées (comme vos REÉR), puisque cela entraînera une obligation fiscale. Dans la mesure du possible, effectuez plutôt des retraits de vos CELI ou de vos comptes d’épargne.

Q : J’ai toujours un emploi, mais je m’inquiète pour l’avenir. Devrais-je également commencer à établir un budget?

Il est tout à fait normal de ressentir de l’anxiété, car il s’agit là d’une période sans précédent pour nous tous. Il est important de toujours avoir un budget; si vous n’en avez pas, commencez à en élaborer un dès maintenant. Si vous n’avez pas d’économies et voulez commencer à économiser ou si vos économies ne couvrent pas de trois à six mois de frais de subsistance, encore une fois revoyez vos dépenses discrétionnaires, c’est-à-dire non essentielles, et commencez à couper ou à réduire certaines dépenses afin de financer cette réserve de liquidités.

Q : Quel est le soutien financier auquel j’ai droit dans le cadre de la crise de la COVID-19 et comment puis-je l’obtenir?

Dans le cadre du Plan d’intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19, le gouvernement fournira un soutien direct, comprenant notamment l’Aide au revenu pour les personnes qui en ont le plus besoin; la Souplesse envers les contribuables et les Outils de gestion pour les cas de défaillance des emprunteurs hypothécaires.

Voici quelques mesures importantes :

Crédits de TPS/TVH pour les personnes admissibles : un paiement spécial sera versé d’ici début mai 2020 par l’intermédiaire du crédit pour la taxe sur les produits et services pour les familles à revenu faible ou modeste. La prestation moyenne se chiffrera à près de 400 $ pour les personnes seules et à 600 $ pour les couples. Aucune demande ne doit être faite pour obtenir ce crédit; si vous y êtes admissible, vous recevrez automatiquement la prestation. Dans la mesure du possible, produisez dès maintenant votre déclaration fiscale de 2019 pour être admissible à ces crédits à l’avenir.

L’allocation pour enfants sera également majorée d’un montant allant jusqu’à 300 $ par enfant pour 2019-2020. Cette prestation majorée sera en vigueur à compter de mai. Les personnes qui reçoivent déjà l’Allocation canadienne pour enfants n’ont pas à présenter une nouvelle demande.

Prestation canadienne d’urgence : Encore une fois, cette nouvelle prestation de 2000 $ par mois pour une durée de quatre mois sera versée aux Canadiens dont l’emploi a été touché en raison de la crise de la COVID-19. Cette prestation pourra être demandée à compter du mois d’avril et les paiements devraient être versés dans les jours suivant la demande. Pour de plus amples renseignements, cliquez  ici.

Soutien hypothécaire : Les banques canadiennes se sont engagées à collaborer avec leurs clients eu égard au report des versements hypothécaires mensuels pour une durée maximale de six mois. (Si un tel report est approuvé, la Banque Scotia permettra le report des paiements hypothécaires pour une durée maximale de six mois pour un maximum de quatre propriétés, y compris la résidence principale, la résidence secondaire et/ou des propriétés à revenu. Pour obtenir de plus amples renseignements, cliquez ici.) 

Paiements issus de FERR : Le retrait minimal exigé des fonds enregistrés de revenu de retraite a été réduit de 25 % pour l’année 2020. Cette mesure s’applique uniquement aux personnes qui n’ont pas déjà reçu leur paiement pour 2020. Pour obtenir de plus amples renseignements, cliquez  ici.

Prêts étudiants et prêts aux apprentis : À compter du 30 mars, le remboursement des prêts et les intérêts applicables seront suspendus pour les prêts étudiants du Canada pour une durée de six mois.  Pour obtenir de plus amples renseignements, cliquez ici.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la façon de faire une demande de soutien auprès du gouvernement fédéral, cliquez ici. Certaines provinces offrent également des mesures d’allègement.

Le gouvernement fédéral présente en outre des programmes de soutien de plusieurs milliards de dollars pour les entreprises, dont la subvention salariale correspondant à 75 % du salaire pour les entreprises admissibles afin d’éviter les mises à pied.

Q : Quelles mesures devrais-je prendre pour gérer l’encours de ma dette, constituée notamment de mon hypothèque, de mon solde de carte de crédit, de mes marges de crédit et d’autres prêts?

Commencez par faire le tour de toutes vos dettes impayées et de la fréquence de paiement de celles-ci pour voir où vous en êtes.  Êtes-vous en mesure de vous acquitter de tous les paiements à l’échéance? Si les flux de trésorerie causent problème, réduisez les paiements au minimum pour les dettes comme les cartes de crédit et les marges de crédit. N’hésitez pas à communiquer avec votre institution financière pour voir si celle-ci peut vous aider d’une quelconque manière.

Par ailleurs, nous tenons à rappeler qu’un volet du Plan d’intervention économique du Canada est consacré au soutien hypothécaire pour les personnes touchées par la COVID-19. Les banques canadiennes se sont engagées à collaborer avec leurs clients pour trouver des solutions flexibles, au cas par cas. Les grandes banques du Canada, dont la Banque Scotia, ont confirmé que ce soutien comprendrait un report des versements hypothécaires pouvant aller jusqu’à six mois, ainsi que des mesures d’allègement liées à d’autres produits de crédit. Il importe de noter, toutefois, que l’intérêt continuera de courir durant cette période et sera ajouté à votre solde actuel.

Q : Qu’en est-il de mon épargne-retraite? Est-ce que je devrais faire des retraits pour joindre les deux bouts ou réduire mes cotisations?

Une telle option ne devrait être envisagée qu’en dernier recours. Votre épargne-retraite devrait servir à votre retraite, mais si vous avez besoin d’argent maintenant, il s’agit d’une source de fonds. Répétons-le : vous paierez des retenues à la source sur tout retrait d’un compte enregistré, puis l’ensemble du montant sera considéré à titre de revenu imposable au cours de l’année du retrait. Si votre revenu s'annonce inférieur cette année en raison d’une mise à pied ou d’un manque de contrats, effectuer un retrait de votre régime d’épargne-retraite pourrait être sensé, surtout si vous vous trouvez dans une tranche d’imposition inférieure. N’oubliez pas; la retenue à la source ne couvrira pas, dans la plupart des cas, l’impôt que vous devrez payer et par conséquent votre impôt à payer sera plus élevé l’an prochain. Vous perdrez également ce droit à cotisation puisqu’il est impossible de remettre cet argent dans votre régime enregistré d’épargne-retraite, à moins d’avoir des droits à cotisation inutilisés additionnels.

Si vous avez un CELI, vous pourriez éventuellement vouloir puiser dans ces fonds en premier lieu. Vous pourrez par la suite remettre le montant retiré de votre CELI dès l’an prochain. Ce montant s’additionnera à votre plafond de cotisation régulier.

Si vous pensez que votre revenu sera réduit cette année, songez à diminuer ou à couper vos cotisations à votre REÉR pour cette année. Tout droit à cotisation inutilisé sera reporté et vous pourrez toujours vous reprendre lorsque vos revenus vous le permettront.

 

 

Avis de non-responsabilité : Cet article a été préparé par La Banque de Nouvelle-Écosse pour les clients de la Gestion de patrimoine Scotia. Il est fourni à titre informatif seulement; il ne doit pas être considéré ni utilisé comme une source de conseils précis ou personnels sur votre situation financière, l’impôt, les régimes de retraite, les assurances, les questions juridiques ou les placements. Nous ne sommes pas des fiscalistes ni des conseillers juridiques, et nous recommandons aux particuliers de consulter des conseillers compétents, notamment des fiscalistes et des juristes, avant de prendre des décisions en s’en remettant à l’information reproduite dans cet article. Les opinions et les projections reproduites dans cet article sont celles de La Banque de Nouvelle‑Écosse à la date à laquelle elles sont publiées et peuvent changer sans préavis. La Gestion de patrimoine Scotia n’a pas du tout l’obligation de mettre à jour ce commentaire, et les lecteurs doivent supposer que l’information reproduite dans cet article ne sera pas mise à jour. Malgré toute la rigueur et l’attention consacrées à l’exactitude et à la fiabilité de l’information reproduite dans cet article, ni La Banque de Nouvelle-Écosse, ni aucune des sociétés membres de son groupe, ni non plus leurs différents administrateurs, dirigeants ou employés ne font de déclaration ou n’expriment de garantie, explicite ou implicite, sur l’exactitude ou l’exhaustivité de cette information et dégagent leur responsabilité en cas de perte directe ou indirecte attribuable à la consultation de cet article ou de l’information qui y est reproduite. Ce commentaire peut comprendre des déclarations prospectives, fondées sur les attentes et les projections actuelles à propos des facteurs économiques généraux projetés. Ces déclarations prospectives comportent des risques et des incertitudes inhérents, qui peuvent être imprévisibles, et ces attentes et projections peuvent se révéler inexactes. Ces déclarations prospectives ne sont pas garantes d’un rendement éventuel, et vous devez éviter de vous en remettre inconsidérément à ces déclarations. Cet article et l’ensemble de l’information, des opinions et des conclusions qui y sont reproduites sont protégés par le droit d’auteur. Cet article ne peut pas être reproduit, en totalité ou en partie, sans l’accord préalable exprès de La Banque de Nouvelle-Écosse. Les services de gestion bancaire privée sont offerts par La Banque de Nouvelle-Écosse. Les services de gestion de portefeuille sont offerts par Gestion d’actifs 1832 S.E.C. et 1832 Asset Management U.S. inc. Les services de planification financière et les services-conseils en investissement sont offerts par Scotia Capitaux inc. Les services successoraux et fiduciaires sont fournis par La Société de fiducie Banque de Nouvelle-Écosse. Les services d’assurance sont fournis par Services d’assurance Gestion de patrimoine Scotia inc. Les services consultatifs et de courtage dans la gestion de patrimoine sont offerts par ScotiaMcLeod, division de Scotia Capitaux inc. Tous les produits d’assurance sont vendus par l’entremise de Services d’assurance Gestion de patrimoine Scotia inc., filiale d’assurance de Scotia Capitaux inc., membre du groupe de sociétés de la Banque Scotia. Lorsqu’ils discutent de produits d’assurance-vie, les conseillers de ScotiaMcLeod agissent en qualité d’agents d’assurance-vie (conseillers en sécurité financière au Québec) représentant Services d’assurance Gestion de patrimoine Scotia inc. Lorsqu’ils discutent de produits d’assurance vie, les conseillers de ScotiaMcLeod agissent en qualité d’agents d’assurance-vie (conseillers en sécurité financière au Québec) représentant Services d’assurance Gestion de patrimoine Scotia Inc.