Glen Gowland

La crise de la COVID-19 n’a pas dit son dernier mot : nos équipes, la population et les marchés le sentent bien. Au cours de ma carrière, j’ai vu les marchés boursiers chuter de plus 20 % à une poignée de reprises (avant de regagner plus que ce qu’ils avaient perdu), mais je pense d’abord aux familles touchées par le virus et le tribut humain que paient le Canada et de trop nombreux pays.

La situation actuelle vient compliquer plus que tout nos conseils aux clients. En plus de la volatilité des marchés, les émotions sont vives en raison des conséquences sur la vie personnelle et du stress générés par l’imprévisible pandémie de COVID-19. De quoi rendre les décisions rationnelles considérablement plus difficiles. Du point de vue du marché, le rôle le plus important que nous pouvons jouer est de rassurer les clients en relativisant les grands titres et en leur expliquant le contexte de sorte qu’aucune décision hâtive, prise à vue de nez, ne vienne causer de dégâts à long terme. Ce qui m’amène aux quatre mots qui, je crois, sont les plus dangereux dans le monde des placements : « Cette fois, c’est différent. »

Le danger, c’est qu’en surface, cette phrase semble parfaitement logique. De fait, chaque revers du marché est déclenché par des événements différents. Pensons entre autres à la bulle technologique, à la crise de change ou à la crise financière mondiale. Et dans la situation actuelle où nous voyons la volatilité s’accentuer à un rythme et à une amplitude sans précédent, c’est bien normal de devenir nerveux. Toutefois, il faut voir plus loin que ce que disent les grands titres : qu’est-ce qui n’est pas différent des autres fois? Cette constante, ce qui se répète d’une situation à l’autre, c’est que les épargnants qui ont fait preuve de patience et ont gardé une visée à long terme ont été récompensés. Même si l’environnement actuel peut encore se dégrader avant de reprendre du poil de la bête, l’expérience nous montre qu’une approche disciplinée et planifiée en viendra à porter du fruit. Or ce n’est pas nécessairement facile dans l’état actuel des choses, alors que la confiance des épargnants est on ne peut plus fragile.

Voici quelques éléments à garder en tête.

  • Regarder les taux de rendement annuel, et pas seulement les moyennes sur trois, cinq ou dix ans. La moyenne de rendement d’un titre sur dix ans pourrait par exemple être de 6 %, mais certaines années auront été moins rentables que d’autres. La volatilité est une réalité incontournable dans le monde des placements.  
  • Examiner un tableau Andex. Un tableau Andex montre le rendement de différents types de placements sur le long terme; on y constate clairement que la volatilité est normale et que le rendement n’évolue jamais en ligne droite. La volatilité à court terme est peut-être inconfortable, mais n’est pas rare pour autant.
  • Consulter les ressources disponibles et poser des questions. Partout au sein de la Banque, nous avons un bassin incroyable de conseillers et de ressources pour vous aider, sans compter notre exceptionnelle expertise en gestion de placements qui nous vient de gestionnaires de portefeuilles chevronnés dont la compétence n’a jamais failli au fil de leurs très nombreuses années de pratique.

Nous nous préoccupons de nos clients, et nous nous préoccupons de leur avenir. Nous prenons l’initiative de garder les lignes de communication ouvertes et de leur offrir notre expertise ou nos perspectives afin de confirmer leurs objectifs à long terme et de les aider à traverser cette période d’incertitude.

Glen Gowland est chef, Groupe Gestion de patrimoine mondiale à la Banque Scotia

 

 

Avis de non-responsabilité : Cet article a été préparé par La Banque de Nouvelle-Écosse pour les clients de la Gestion de patrimoine Scotia. Il est fourni à titre informatif seulement; il ne doit pas être considéré ni utilisé comme une source de conseils précis ou personnels sur votre situation financière, l’impôt, les régimes de retraite, les assurances, les questions juridiques ou les placements. Nous ne sommes pas des fiscalistes ni des conseillers juridiques, et nous recommandons aux particuliers de consulter des conseillers compétents, notamment des fiscalistes et des juristes, avant de prendre des décisions en s’en remettant à l’information reproduite dans cet article. Les opinions et les projections reproduites dans cet article sont celles de La Banque de Nouvelle‑Écosse à la date à laquelle elles sont publiées et peuvent changer sans préavis. La Gestion de patrimoine Scotia n’a pas du tout l’obligation de mettre à jour ce commentaire, et les lecteurs doivent supposer que l’information reproduite dans cet article ne sera pas mise à jour. Malgré toute la rigueur et l’attention consacrées à l’exactitude et à la fiabilité de l’information reproduite dans cet article, ni La Banque de Nouvelle-Écosse, ni aucune des sociétés membres de son groupe, ni non plus leurs différents administrateurs, dirigeants ou employés ne font de déclaration ou n’expriment de garantie, explicite ou implicite, sur l’exactitude ou l’exhaustivité de cette information et dégagent leur responsabilité en cas de perte directe ou indirecte attribuable à la consultation de cet article ou de l’information qui y est reproduite. Ce commentaire peut comprendre des déclarations prospectives, fondées sur les attentes et les projections actuelles à propos des facteurs économiques généraux projetés. Ces déclarations prospectives comportent des risques et des incertitudes inhérents, qui peuvent être imprévisibles, et ces attentes et projections peuvent se révéler inexactes. Ces déclarations prospectives ne sont pas garantes d’un rendement éventuel, et vous devez éviter de vous en remettre inconsidérément à ces déclarations. Cet article et l’ensemble de l’information, des opinions et des conclusions qui y sont reproduites sont protégés par le droit d’auteur. Cet article ne peut pas être reproduit, en totalité ou en partie, sans l’accord préalable exprès de La Banque de Nouvelle-Écosse. Les services de gestion bancaire privée sont offerts par La Banque de Nouvelle-Écosse. Les services de gestion de portefeuille sont offerts par Gestion d’actifs 1832 S.E.C. et 1832 Asset Management U.S. inc. Les services de planification financière et les services-conseils en investissement sont offerts par Scotia Capitaux inc. Les services successoraux et fiduciaires sont fournis par La Société de fiducie Banque de Nouvelle-Écosse. Les services d’assurance sont fournis par Services d’assurance Gestion de patrimoine Scotia inc. Les services consultatifs et de courtage dans la gestion de patrimoine sont offerts par ScotiaMcLeod, division de Scotia Capitaux inc. Tous les produits d’assurance sont vendus par l’entremise de Services d’assurance Gestion de patrimoine Scotia inc., filiale d’assurance de Scotia Capitaux inc., membre du groupe de sociétés de la Banque Scotia. Lorsqu’ils discutent de produits d’assurance-vie, les conseillers de ScotiaMcLeod agissent en qualité d’agents d’assurance-vie (conseillers en sécurité financière au Québec) représentant Services d’assurance Gestion de patrimoine Scotia inc.