• Cette note fait partie d’une série qui sera publiée dans la foulée d’importants communiqués statistiques pour documenter les comptes rendus mécaniques des actualités prévisionnelles du PIB canadien d’après le modèle des actualités prévisionnelles de la Banque Scotia. L’évolution de ces actualités prévisionnelles viendra éclairer les perspectives macroéconomiques officielles des Études économiques de la Banque Scotia.

Le modèle est décrit dans une note correspondante accessible sur ce lien.

  • Dans la foulée de la publication des ventes manufacturières du Canada mardi, Statistique Canada a publié son estimation pour les ventes en gros en avril : le secteur manque toujours de tonus, puisque les ventes ont perdu -0,5 % sur un mois (et que les volumes ont baissé de -0,6 % sur un mois). Ce chiffre est inférieur à l’estimation publiée à la fin de mai (+0,2 % sur un mois), ce qui abaisse à +3,5 % sur un trimestre, en rythme désaisonnalisé et annualisé, la croissance du PIB selon les actualités prévisionnelles pour le T2 de 2022.
  • L’estimation de la croissance moyenne du trimestre est largement tributaire de la progression à la fin du T1 de 2022 : les estimations mensuelles du PIB sont relativement timorées pour avril et juin. En fait, en supposant que le PIB mensuel ne croîtra pas dans les trois mois du T2 de 2022, il progresserait quand même, pour ce trimestre, de +3,0 % en glissement trimestriel et en rythme désaisonnalisé et annualisé. Or, l’incertitude reste vive, ce qui comporte des risques positifs et négatifs considérables pour les actualités prévisionnelles.
  • Pour le mois d’avril, les ventes en gros ont baissé dans cinq des sept sous-secteurs; la baisse a été menée par les matériaux de construction (-1,4 % sur un mois) et par les produits divers (-3,4 % sur un mois). La baisse des dépenses consacrées aux matériaux de construction s’explique probablement par le ralentissement de l’activité dans la rénovation et sur le marché du logement plus généralement, puisque la surchauffe dans les ventes de logements s’est apaisée dans les derniers mois, dans la foulée d’une série de hausses de taux de la Banque du Canada, qui a relevé de 125 points de base son taux directeur.
  • Il y a une bonne nouvelle dans les chiffres publiés ce matin : les ventes ont augmenté pour les grossistes de machines et de biens d’équipement (+1,8 % sur un mois), surtout dans les machines et le matériel pour l’agriculture, l’entretien des pelouses et le jardinage, ainsi que pour les autres machines, matériels et fournitures. Ce sous-secteur continue d’être très attentif aux signes de la vigueur des dépenses d’investissement, en souhaitant qu’ils perdurent au T2 de 2022.
  • Les chiffres de la semaine prochaine sur les ventes au détail permettront de tâter le pouls du consommateur canadien : d’après la première estimation de Statistique Canada, les ventes au détail ont inscrit une progression de +0,8 % sur un mois en avril. Toutefois, il semble que la plus grande partie de cette hausse soit attribuable à l’augmentation des prix (dont ceux de l’essence); l’IPC a gagné +0,7 % sur un mois en avril. Ainsi, en faisant abstraction des effets des prix, cette première estimation des dépenses est relativement anémique et augmente les signes permettant de croire que l’inflation commence à gruger le pouvoir de dépense des ménages et des entreprises.


AVIS

Le présent rapport a été préparé par Études économiques Scotia à l’intention des clients de la Banque Scotia. Les opinions, estimations et prévisions qui y sont reproduites sont les nôtres en date des présentes et peuvent être modifiées sans préavis. Les renseignements et opinions que renferme ce rapport sont compilés ou établis à partir de sources jugées fiables; toutefois, nous ne déclarons ni ne garantissons pas, explicitement ou implicitement, qu’ils sont exacts ou complets. La Banque Scotia ainsi que ses dirigeants, administrateurs, partenaires, employés ou sociétés affiliées n’assument aucune responsabilité, de quelque nature que ce soit, en cas de perte directe ou consécutive découlant de la consultation de ce rapport ou de son contenu.

Ces rapports vous sont adressés à titre d’information exclusivement. Le présent rapport ne constitue pas et ne se veut pas une offre de vente ni une invitation à offrir d’acheter des instruments financiers; il ne doit pas non plus être réputé constituer une opinion quant à savoir si vous devriez effectuer un swap ou participer à une stratégie de négociation comportant un swap ou toute autre transaction. L’information reproduite dans ce rapport n’est pas destinée à constituer et ne constitue pas une recommandation de swap ou de stratégie de négociation comportant un swap au sens du Règlement 23.434 de la Commodity Futures Trading Commission des États-Unis et de l’Appendice A de ce règlement. Ce document n’est pas destiné à être adapté à vos besoins individuels ou à votre profil personnel et ne doit pas être considéré comme un « appel à agir » ou une suggestion vous incitant à conclure un swap ou une stratégie de négociation comportant un swap ou toute autre transaction. La Banque Scotia peut participer à des transactions selon des modalités qui ne concordent pas avec les avis exprimés dans ce rapport et peut détenir ou être en train de prendre ou de céder des positions visées dans ce rapport.

La Banque Scotia et ses sociétés affiliées ainsi que tous leurs dirigeants, administrateurs et employés peuvent périodiquement prendre des positions sur des monnaies, intervenir à titre de chefs de file, de cochefs de file ou de preneurs fermes d’un appel public à l’épargne ou agir à titre de mandants ou de placeurs pour des valeurs mobilières ou des produits dérivés, négocier ces valeurs et produits dérivés, en faire l’acquisition, ou agir à titre de teneurs de marché ou de conseillers, de courtiers, de banques d’affaires et/ou de maisons de courtage pour ces valeurs et produits dérivés. La Banque Scotia peut toucher une rémunération dans le cadre de ces interventions. Tous les produits et services de la Banque Scotia sont soumis aux conditions des ententes applicables et des règlements locaux. Les dirigeants, administrateurs et employés de la Banque Scotia et de ses sociétés affiliées peuvent siéger au conseil d’administration de sociétés.

Il se peut que les valeurs mobilières visées dans ce rapport ne conviennent pas à tous les investisseurs. La Banque Scotia recommande aux investisseurs d’évaluer indépendamment les émetteurs et les valeurs mobilières visés dans ce rapport et de faire appel à tous les conseillers qu’ils jugent nécessaire de consulter avant de faire des placements.

Le présent rapport et l’ensemble des renseignements, des opinions et des conclusions qu’il renferme sont protégés par des droits d’auteur. Il est interdit de les reproduire sans que la Banque Scotia donne d’abord expressément son accord par écrit.

MD Marque déposée de La Banque de Nouvelle-Écosse.

La Banque Scotia, de pair avec l’appellation « Services bancaires et marchés mondiaux », est une dénomination commerciale désignant les activités mondiales exercées dans le secteur des services bancaires aux sociétés, des services bancaires de placement et des marchés financiers par La Banque de Nouvelle-Écosse et certaines de ses sociétés affiliées dans les pays où elles sont présentes, dont

Scotiabank Europe plc; Scotiabank (Ireland) Designated Activity Company; Scotiabank Inverlat S.A., Institución de Banca Múltiple, Grupo Financiero Scotiabank Inverlat, Scotia Inverlat Casa de Bolsa, S.A. de C.V., Grupo Financiero Scotiabank Inverlat, Scotia Inverlat Derivados S.A. de C.V., lesquelles sont toutes des membres du groupe de la Banque Scotia et des usagers autorisés de la marque Banque Scotia. La Banque de Nouvelle-Écosse est constituée au Canada sous le régime de la responsabilité limitée et ses activités sont autorisées et réglementées par le Bureau du surintendant des institutions financières du Canada. Au Royaume-Uni, les activités de La Banque de Nouvelle-Écosse sont autorisées par la Prudential Regulation Authority et assujetties à la réglementation de la Financial Conduct Authority et à la réglementation limitée de la Prudential Regulation Authority. Nous pouvons fournir sur demande les détails du périmètre de l’application, à La Banque de Nouvelle-Écosse, de la réglementation de la Prudential Regulation Authority du Royaume-Uni. Les activités de Scotiabank Europe plc sont autorisées par la Prudential Regulation Authority et réglementées par la Financial Conduct Authority et la Prudential Regulation Authority du Royaume-Uni.

Les activités de Scotiabank Inverlat, S.A., de Scotia Inverlat Casa de Bolsa, S.A. de C.V., de Grupo Financiero Scotiabank Inverlat et de Scotia Derivados, S.A. de C.V. sont toutes autorisées et réglementées par les autorités financières du Mexique.

Les produits et les services ne sont pas tous offerts dans toutes les administrations. Les services décrits sont offerts dans les administrations dont les lois le permettent.