William Alphonso

Transcription

Je m’appelle William Alphonso et je suis né à Goa, en Inde.

Nous avions l’intention d’émigrer en Occident et, à ce moment-là, nous faisions de nombreuses recherches pour trouver le pays idéal pour nous. Durant nos recherches, nous sommes tombés sur un site Web qui indiquait que le Canada avait été nommé meilleur pays pour la qualité de vie, et ce, pour la troisième année consécutive. Nous avons donc choisi le Canada comme terre d’accueil.

L’hiver, lorsque toutes les feuilles sont tombées, on ne voit que des branches sèches des arbres. Mais, lorsqu’il neige, les branches se recouvrent de petits glaçons provenant de la neige fondue. On croirait assister à la création d’une délicate sculpture de verre. C’est fantastique!

Voici mon entreprise, United Air Express International Courier, que j’exploite avec ma femme, Judy. Nous venons travailler ici tous les jours. Chaque jour de la semaine et même les fins de semaines. Fondamentalement, nous savions qu’en changeant de pays, nous devions accepter des changements dans nos vies.

Lorsque je suis arrivé ici, j’ai tenté de trouver du travail dans les domaines des achats et des ventes parce que j’avais une expérience antérieure à ce sujet. Or, si vous prévoyez immigrer au Canada, il est important de recueillir toutes les informations nécessaires et surtout sur le type d’emploi que vous désirez occuper.

Nous avons fait beaucoup de recherches sur la gestion des achats, sur les diverses agences à l’échelle mondiale et sur les entreprises de logistique. Cette somme d’informations nous a beaucoup aidé. Je dis toujours aux gens que chercher un emploi est un véritable emploi à temps plein, devant un ordinateur pour examiner les offres disponibles sur le marché.

En même temps, nous nous sommes intégrés à la communauté et nous avons rencontré des amis. Puis, au cours d’une soirée, un ami m’a parlé de son beau-frère qui cherchait quelqu’un pour son entreprise et je semblais le candidat tout indiqué pour cet emploi.

Lorsque vous êtes nouvel arrivant dans un pays, il y a deux choses qui occupent votre esprit. D’abord, vous pensez aux proches et aux amis que vous avez laissés et vous ressentez forcément une certaine émotion.

Puis, vous cherchez un emploi et cela n’est pas facile. Il faut du temps, sans aucun doute, pour trouver le bon emploi. Vous êtes donc préoccupé par votre recherche d’emploi et par votre capacité à vous ajuster. Votre esprit est donc partagé en deux. Nous avons cherché des emplois en ligne et disponibles au Canada.

Nous avons même posé nos candidatures pour des emplois alors que nous n’étions pas encore au Canada afin de voir le type de réponses que nous obtiendrions. Cela nous a beaucoup aidé, surtout lors de l’entrevue au haut-commissariat canadien. Durant cette rencontre, l’agent pose plusieurs questions pour évaluer notre volonté d’immigrer et notre dossier de recherche d’emplois l’a convaincu du sérieux de nos démarches.

Aujourd’hui, le monde est très petit grâce à l’Internet. Nous avons donc utilisé Google pour nous informer sur le Canada et sur les diverses communautés qui y vivent. Nous avons constaté que l’Ontario, et particulièrement Toronto, était la région la plus multiculturelle du pays et cela nous a plu.

C’est ici que nous faisons nos emplettes pour des produits indiens. Il y a beaucoup d’Indiens à Toronto. Regardez cela, c’est pour le festival Diwali. Ils ont de tout. Il y a des films indiens de Bollywood de l’autre côté.

Nous ne connaissions personne au Canada et, quand vous arrivez dans un nouveau pays, de nombreux défis vous attendent. Vous devez connaître votre communauté et vous y intégrer. Et par «communauté», il ne s’agit pas seulement de gens dont le pays d’origine ou la culture sont semblables à la vôtre. Nous considérons la communauté dans son ensemble.

Nous vivons dans un quartier où résident des gens de nationalités et de cultures différentes. Il y a aussi une librairie près de chez nous où effectuons nos recherches et empruntons des livres et des films indiens, qui sont offerts gratuitement.

Il y a aussi une église catholique où nous pouvons aller prier, ainsi que d’autres lieux de culte. L’école de ma fille se trouve aussi près de chez nous et elle fait partie de la commission scolaire catholique. Il y a aussi une école publique laïque qui accueille tous les étudiants.

Il y a aussi d’autres écoles confessionnelles, comme l’école islamique. Vous pouvez envoyer vos enfants à n’importe quelle de ces écoles. Est-ce que vous marcherez ou prendrez le vélo pour aller à l’école?

Dès que nous sommes arrivés au Canada, les règlements d’immigration étaient différents des règlements actuels. À cette époque, nous devions démontrer que nous avions résidé durant trois ans au Canada pour demander notre citoyenneté. Nous avons fait les recherches nécessaires et obtenu les formulaires à remplir. Le site Web de Citoyenneté et immigration est très convivial. Nous avons téléchargé nous-mêmes les formulaires. De plus, il fallait que des gens se portent garants de nous. Notre médecin de famille et le prêtre de la paroisse ont donc parrainé notre demande en indiquant qu’ils nous connaissaient. Nous avons envoyé les formulaires remplis à Sydney, en Nouvelle-Écosse et, quelques mois plus tard, tout était en règle.

Si j’avais une deuxième chance d’immigrer n’importe où dans le monde, je choisirais encore le Canada.