Louis et Mariela Lamprea

Transcription

Je m’appelle Louis Lamprea et je vis à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

Quand j’étais en Colombie, je travaillais pour le service des TI de la General Motors Corporation. J’avais un bon poste et une belle carrière. Toutefois, nous avons choisi le Canada parce nous savions que ce pays est l’un des meilleurs au monde pour ce qui est de la qualité de vie. Aussi, nous voulions un bon environnement pour notre famille.

J’aime Saint-Jean parce que c’est une très belle ville et que ma famille s’y sent bien. Mes enfants peuvent jouer à l’extérieur, se faire de nombreux amis et rencontrer fréquemment ceux-ci. La ville est très, très belle parce qu’il y a deux rivières, l’océan à proximité et un magnifique paysage environnant. On croit, à tort, qu’il y a de la neige toute l’année au Canada. Or, ici à Saint-Jean, nous pouvons profiter de l’été et l’hiver est doux. Il n’y a que très peu de tempêtes de neige par rapport au reste du Canada. Je crois que Saint-Jean est une ville qui me convient parfaitement parce je suis à cinq minutes du terrain de golf, de l’hôpital, de l’université et à sept minutes de mon bureau.

Nous avons démarré cette entreprise en offrant des services de soutien à Nortel, en soutenant la plate-forme prépayée et en déployant cette plate-forme à l’échelle mondiale. Fondamentalement, nous voyageons dans onze pays d’Amérique latine. Il est plus facile de créer une entreprise au Canada que dans mon pays d’origine. La façon dont nous faisons des affaires au Canada est que les gens vous croient et cela vous ouvre des portes. Tant et aussi longtemps que vous offrez de la qualité et que vous comblez les attentes des clients, vous pourrez faire croître votre entreprise. Nous avons eu de l’aide d’Entreprise Saint John, qui nous a consenti un prêt que nous avons pu rembourser.

Des deux langues officielles, je crois que l’anglais est plus facile à apprendre. Toutefois, l’apprentissage d’une autre langue exige des efforts et, au début, j’ai trouvé cela assez difficile. Toutefois, en vivant dans un milieu où l’anglais est la langue d’usage, il est possible de surmonter ces difficultés.

Nous faisons partie d’une communauté qui accueille de nombreux immigrants d’Amérique latine. Grâce à deux ou trois groupes qui font paraître des annonces dans les journaux, nous pouvons contacter les nouveaux arrivants et les présenter à diverses organisations.

Nous sommes très heureux de notre décision de venir au Canada. Je regrette seulement de ne pas l’avoir prise plus tôt. Nous nous sommes fait beaucoup d’amis avec lesquels nous partageons beaucoup de choses. Le Canada est un pays multiculturel qui offre beaucoup de possibilités et nous sommes donc très heureux d’être ici.

Surtout à l’occasion d’un barbecue canadien-colombien!